tombesIran News Update, le 17 septembre 2017 - Alors que des centaines de personnalités et avocats internationaux ont demandé qu’un procès ait lieu contre les dirigeants du régime et les auteurs du massacre des membres et des sympathisants des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) en 1988, le régime iranien essaie de détruire les tombes des martyrs de l'OMPI tués à l’occasion de ce crime.

 

Selon les rapports de différentes parties de l'Iran, le régime a éliminé les signes de ce génocide contre l'OMPI dans plusieurs villes, y compris Ahvaz (sud-ouest de l'Iran), Mashhad (nord-est), Isfahan (centre de l'Iran), Tabriz et Ardabil (nord-ouest) etc. Ils cherchent à détruire les charniers des membres de l'OMPI de façon à ce que les familles ne puissent rendre hommage à leurs proches comme ils l'ont fait depuis des années de diverses façons, comme cimenter les tombes ou enlever les ordures etc.

Le régime iranien a également détruit les fosses communes des martyrs de l'OMPI dans le cimetière de Vadi-e Rahmat à Tabriz sous prétexte d’effectuer des projets de construction. En outre, les partisans de l'OMPI ont distribué les photos et vidéos de graves destructions sur Internet, le 23 juin 2018. La actualités de ce crime ont également été publiées sous forme de photos sur le canal Telegram du cimetière de Vadi-e Rahmat, le 11 septembre 2017.

Comme l'a admis le régime iranien, le projet de construction comprend une superficie totale de 4500 mètres carrés. Les procédures consistent en des opérations d'excavation, de laminage, de nivellement et de coulage de béton, de construction de murs, de maillage, d'installation de pylônes légers. Trois entreprises et le Département de supervision du génie civil de Tabriz ont lancé ce projet et l'Organisation du cimetière de la municipalité de Tabriz est l'employeur.

tombes 2

Alors que la télévision par satellite de la résistance iranienne, la chaîne « Sima-ye Azadi » ont publié des photos et des vidéos sur la destruction des tombes, le régime iranien a également détruit une fosse commune de l'OMPI à Some'eh Sara, dans la province de Guilan. L'un des partisans de l'OMPI qui a visité cet endroit, rapporte :

« Je suis allé au cimetière dans lequel les martyrs de l'OMPI pendant le massacre de 1988 sont enterrés. J'ai pris des photos des tombes des citadins, mais je n'ai pas pu trouver les tombes des martyrs de l'OMPI. Néanmoins, j'ai vu une excavatrice mécanique derrière le cimetière au milieu de grands arbres où les martyrs de l'OMPI sont enterrés. Comme les gens l'ont dit, cette excavatrice fonctionne pour faire des routes ».

Il a ajouté : « Le cimetière des martyrs de l'OMPI est exactement situé derrière ces grands arbres, car les partisans de l'OMPI ont publié des images de cette région. Ils détruisent actuellement le cimetière ». Alors qu'un mouvement de recherche de la justice est formé pour traduire devant la justice les auteurs du massacre de 1988 des membres de l'OMPI et des autres résistants, le régime iranien a l'intention d'éliminer les signes d'un crime aussi brutal.

Le mouvement pour la justice demande la divulgation des secrets sur le massacre de 1988, donc les auteurs doivent répondre aux questions suivantes :

1. Le nom complet des membres de l'OMPI et des personnes n'appartenant pas à l'OMPI qui ont été exécutés.

2. Combien d'affiliés à l'OMPI et autres ont-ils été tués dans chaque ville et province ?

3. Les mères de ceux qui ont été exécutés doivent savoir où sont enterrés leurs proches et où se trouve l'adresse des charniers.

4. À la fin, si ces criminels sont fiers d'un tel crime contre l'humanité, pourquoi ne révèlent-ils pas le nom des membres des comités de la mort des différentes provinces ?

Il est à noter que, en juin de cette année, le Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne fait appeler à une action urgente pour empêcher la destruction des preuves du massacre de 1988 (principalement des membres et des sympathisants de l'OMPI)

Au cours des derniers jours, le régime des mollahs dans la ville de Tabriz, au nord-ouest de l'Iran, a commencé une campagne de vandalisme des tombes des membres de l'OMPI exécutés dans les années 1980, en particulier ceux massacrés au cours de l’été 1988. Ces tombes maintenant détruites étaient dans le cimetière de la vallée de Rahmat. À ce stade, les tombes de 75 martyrs de l'OMPI, y compris Akbar Choupani et Soraya Abolfathi, exécutée alors qu’elle était enceinte, ont été profanées.

Le renseignement iranien a supervisé ces actions plaçant 10 centimètres de ciment et nivelant les terrains dans le cimetière pour détruire toutes les preuves d'un cimetière de tels martyrs. Ils ont également placé un panneau où l’on peut lire, "Nivellement du bloc des enfants" et ont installé un certain nombre de pierres tombales dans la zone où le ciment a été versé, afin d'éviter tout signe de destruction des tombes. Les images jointes fournissent des signes de la machine utilisée, de la pierre tombale vandalisée et de diverses phases de coulée de ciment et de la mise en place de nouvelles pierres tombales.

Le mois dernier, à Machad, au nord-est de l'Iran, les fosses communes des martyrs de l’OMPI dans le cimetière de Behesht-e Reza ont également été vandalisées.

Dans la ville d'Ahvaz, au sud-ouest de l'Iran, les autorités de la ville ont élargi une route près d'un cimetière pour vandaliser les tombes des martyrs. Les signes de corps qui ont chuté dans une fosse commune précédemment couverte de ciment ont été perçus alors que le creusement a débuté dans la zone de la phase 2 de Padadshahr et du boulevard Bankdar dans cette ville. Les autorités ont rapidement couvert la fosse commune avec de la terre et ont continué à élargir la route.

La Résistance iranienne appelle toutes les organisations internationales de défense des droits de l'homme, en particulier le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran, à condamner cet acte inhumain et à prendre des mesures urgentes pour empêcher la destruction des preuves des exécutions et du massacre des prisonniers politiques, principalement les membres de l'OMPI, en particulier ceux de 1988. Les dirigeants de la dictature iranienne doivent comparaitre en justice pour leurs crimes contre l'humanité et 120 000 exécutions politiques.

 

 

Recherche

Twitter