commemoration allemagne zimmermannCSDHI - Le 31 octobre, le Conseil National de la Résistance de l'Iran a publié un article sur Christian Zimmermann, directeur des droits de l'homme et des affaires minoritaires à Berlin, qui a assisté à une commémoration des 24 membres de l'OMPI tués dans des attaques de missiles, le 29 octobre 2015.

 

"Dans les prochains mois, le gouvernement allemand veut adopter une loi pour coordonner ses relations économiques avec les droits de l'homme ; Mais que se passera-t-il alors ? ", a demandé M. Zimmermann, se référant à la coopération des autorités allemandes avec l'Iran, et à leur politique d'apaisement avec le régime iranien.

Il a déclaré : "Aujourd'hui, nous commémorons les 24 membres de l'OMPI dont les images sont derrière moi. Ce ne sont qu'une petite partie des milliers de personnes qui se sont dressées contre la dictature religieuse en Iran. Ils ont payé le prix du sang. Sur ma droite, vous verrez le chiffre écrit de 30000. Ce chiffre rappelle un épisode en Iran. En 1988, Khomeiny a ordonné une Fatwa ", et il a ajouté :" Selon l'ordre du guide suprême, trente mille prisonniers ont été exécutés et enterrés secrètement. Jusqu'à aujourd'hui, nous ne savons pas où ils sont enterrés et la fatwa de la mort est toujours valable".

M. Zimmermann a souligné que "le coupable de ces crimes est une dictature religieuse avec laquelle nous faisons affaire. Selon la constitution allemande, nous sommes autorisés à entretenir de bonnes relations avec les pays qui défendent les valeurs de la Révolution française, comme la liberté, la démocratie et l'égalité.

Il a critiqué les ministres allemands, M. Sigmar Gabriel, le vice-chancelier, M. Alexander Dobrindt, ministre des transports, et le ministre des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, qui "se rendent en Iran pour négocier et signer un contrat, et pourtant ils ne diront pas un mot des droits de l'homme tandis que les droits de l'homme devrait être une condition préalable pour toute négociation avec les autorités iraniennes".

"Nous devons nous en tenir à nos valeurs morales sur la scène politique. Maintenant, je demande à mon gouvernement d'abolir la peine de mort, comme d'autres le font chaque année, et d'imposer une condition au respect des droits de l'homme dans l'établissement de relations et de discussions avec l'Iran. C'est la seule façon de débuter une conversation avec eux. Nous ne pouvons communiquer sur le même niveau que si nos valeurs communes des droits de l'homme sont préservées. Je ne peux pas avoir une relation avec un pays qui exécute 15 personnes chaque jour. C'est une honte et une honte pour ceux qui entretiennent des pourparlers avec ce pays ", a conclu M. Zimmermann.

Source : Stop au Fondamentalisme

 

Recherche

Twitter