massacre de 1988 en IranCSDHI - Lors d'une conférence à Paris le 26 novembre intitulée"Appel à la Justice, fin de l'impunité pour les auteurs des massacres en Iran et en Syrie", en présence de Maryam Radjavi, la dirigeante de l'opposition iranienne, de juristes et de personnalités, notamment de l'opposition syienne, Jacques Gaillot est venu témoigner. A son habitude, il porte un message fort et profond.

 

Il y a une parole qui est montée en moi cet après-midi, c'est une parole des prohète de la Bible, "si nous nous taisons, les pierres du torrent crieront". mais on ne se taira pas, parce que nous avons l'exemple des martyrs, ceux de 1988, les martyrs d'Achraf, de Liberty, les martyrs d'aujourd'hui. Ils ont préféré la torture, la pendaison, plutôt que d'abdiquer et de se soumettre à la dictature religieuse.

La justice est en marche aujourd'hui. On ne pourra pas arrêter cette marche de la justice. Il y a une force de la vérité. la vérité est faite pour venir au jour. Et donc aujourd'hui, nous ne pouvons pas nous taire.

Je retiendrai les mots qu'on nous a laissés cet après-midi qui sont peut-être les vôtres : nous le devons et nous le pouvons !

Recherche

Twitter