ancien ministre du renseignementINU - Ali Fallahian, ancien ministre du renseignement d'Iran, a participé à une interview avec Tarikh Online - un site Web d'information affilié à l'État, au début de ce mois. Il a admis que le Guide Suprême à l'époque, l'ayatollah Khomeini, a ordonné, dans une fatwa en 1988, l'exécution de toutes les personnes liées à l'opposition iranienne (MEK/OMPI).

Au cours de l'été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques, dont la plupart étaient des membres ou des partisans de l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d'Iran (OMPI ou MEK), le principal groupe d'opposition iranien, ont été exécutés.

Il a déclaré que la fatwa ordonnait l'exécution des membres de l’OMPI, qui persistaient à respecter leurs croyances. Pour faire face à la logistique, une commission a été formée, a-t-il déclaré. C'est ce qu'on a appelé la « Commission de la mort ». Fallahian a déclaré que le but de la commission était en fait de voir qui serait pardonné au lieu d'être exécuté.

Il a expliqué que les gens auraient pu échapper à l'exécution en disant qu'ils abandonnaient leurs croyances et ne soutenaient plus l’OMPI/MEK ou toute autre opposition. S'ils avaient affirmé leur engagement envers le Guide Suprême, ils seraient restés en vie.

M. Hossein-Ali Montazeri a publié un enregistrement audio de lui avertissant les autres membres de la commission de la mort de ce à quoi ils participaient. Il a déclaré qu'un tel acte entrerait dans l'histoire comme un événement inoubliable et terrifiant. Il était également préoccupé par le fait que cela ne véhiculait pas une bonne image de l'Islam. Fallahian a déclaré qu'il s'était également affronté avec Khomeini sur d'autres questions, et il a reçu l’ordre de s'acquitter de ses fonctions religieuses, dans cette affaire, pour participer au massacre de 1988, sans tenir compte du « jugement de l'histoire ».

Le régime iranien a commenté que les personnes qui ont été exécutées en 1988 étaient armées lorsqu'elles ont été arrêtées, mais Fallahian a expliqué que ce n'était pas vrai. Aucune des personnes qui sont mortes ne participaient à des opérations de rébellion armée. Fallahian a déclaré qu'ils ne distinguaient pas ceux qui étaient armés et ceux qui ne l'étaient pas - s'ils étaient confrontés à un membre du MEK alors ils ont été traités comme s'ils étaient armés.

L'interviewer, clairement choqué par ce qu’ils avaient entendu dire, a demandé à Fallahian de clarifier ce qu'il disait. Ils lui ont demandé, si quelqu'un possédait sur lui un journal du MEK, aurait-il été arrêté. Fallahian a déclaré que oui, parce qu'ils faisaient partie du MEK.

Le peuple iranien attend toujours que justice soit rendue malgré les appels répétés de la communauté internationale.

Recherche

Twitter

RT @Claude2mougins: Pourquoi tant d’injustice? Italie, funérailles des 26 jeunes migrantes noyées en Méditerranée. Ces filles étaient âgées…

csdhi.org