Activités

Une exposition sur la Résistance iranienne

CSDHI - Les 6 et 7 septembre, plusieurs associations, dont le CSDHI, ont organisé une exposition dans le hall de la mairie d’Aubervilliers (93) intitulée « Solidarité avec le peuple iranien et sa résistance ». Elle portait sur les camps d’Achraf et de Liberty et rendait hommage à Mouloud Aounit, grand défenseur des droits des Achrafiens, récemment disparu.

Lire la suite...

Appeler la communauté internationale à adopter une nouvelle politique face à l'Iran: Rassemblement à Villepinte en faveur de la démocratie en Iran

directmatin.fr - 22 juin 2012 - Appeler la communauté internationale à adopter une nouvelle politique face à l'Iran, tel est l'objectif du plus grand rassemblement international pour le soutien à un changement démocratique qui se déroulera samedi 23 juin au Parc des Expositions de Villepinte.

Organisé par de nombreux groupes parlementaires en Europe en faveur de l'instauration d'une démocratie en Iran, des associations iraniennes de la diaspora, et parrainé par le Comité Français pour un Iran démocratique, cet événement se veut rassembleur.

De nombreuses personnalités françaises, américaines, européennes et du monde arabe sont attendues : Maryam Radjavi, présidente élu du Conseil nationale de la Résistance iranienne, Rudy Giuliani, ancien maire de New York, Philippe Douste-Blazy, Ingrid Betancourt, Emma Bonino, vice-présidente du Sénat italien, le gouverneur Michael Mukazeu ancien ministre de la Justice des Etats-Unis, le général Paul Vallely, ancien commandant en chef adjoint de l'armée US.

Lire la suite...

Iran: L’opposition iranienne réunit ses soutiens

Le Parisien - 26.03.2012,Près d’un millier d’Iraniens se sont réunis hier à la Plaine-Saint-Denis, sur le site des EMGP, pour célébrer le Nouvel An iranien. L’occasion pour le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) de lancer un appel à la mobilisation internationale contre le régime iranien. « Après le Val-d’Oise, ou est implanté le siège du CNRA, la Seine-Saint-Denis est le département qui compte le plus de nos compatriotes », détaille Afchine Alavi, porte-parole du CNRA.
Parmi les nombreux soutiens qui ont participé à l’événement, Rudolf Giuliani, ex-maire de New York, ou Patrick Kennedy, fils du sénateur Ted Kennedy. Des mesures de sécurité draconiennes ont été mises en place avec gardes du corps, portiques de sécurité, chiens renifleurs d’explosifs. La présidente du CNRA, Maryam Radjavi, a été, en effet, plus d’une fois menacée de mort par le régime iranien.
 

 

Nowrouz : Le printemps est là ! Vive le Printemps !

Le printemps est là ! Vive le Printemps !
"Nowrouzetan Pirouz"
(Que votre Nowrouz soit glorieux)

Nowrouz :

Nouvel An persan, jour de l'équinoxe du printemps, symbole universel de renaissance

Nowrouz est généralement considéré comme le jour de l’an iranien. Le 21 mars, jour du printemps, 'Nowrouz' mot persan (signifiant "nouveau jour") prend l’allure de la principale fête civile de l’année en Iran. Mais la célébration du renouveau de la nature dépasse ses frontières. Du Kurdistan ('Newroz') à l'Afghanistan ('Naurouz'), en passant par l'Ouzbékistan et le Tadjikistan, mais aussi pour les parsis ou zoroastriens de l'Inde, sans oublier la communauté iranienne en exil (partout en Europe et en Californie), cette célébration donne lieu chaque année au printemps, à des fêtes en Asie Centrale, dans les plus anciennes traditions religieuses et populaires.

Le 21 mars est considéré comme le premier jour de l’année selon le calendrier solaire hérité du zoroastrisme, une religion qui vénérait les éléments naturels et qui prêchait la bonne parole, la bonne pensée et la bonne action.

C'est pour célébrer le fait que la Gloire divine ait donné le trône au Roi des rois qu'a été instituée la fête de Now Rouz, le « Nouveau Jour », c'est-à-dire le premier jour du Nouvel an, qui commence avec l'arrivée du princtemps. Persépolis avait d'ailleurs été crée à cet effet par Darius, pour fêter Now Rouz. Ce jour-là, le monde se rassemblait autour du trône du roi, lui rendait hommage et faisait la fête avec du vin, musique et danse.

Aujourd'hui en Iran, les festivités durent treize jours en l'honneur du début de la saison de la croissance. L'avènement de ce "nouveau jour" ou du "jour du renouveau" est l'occasion d’importantes festivités très ritualisées en Iran. Le feu, élément très important des différents « temps » de Nowrouz, rappelle la dimension zoroastrienne de la célébration. :

•la fête de Chahar-Shanbeh Souri (la fête du mercredi), qui marque la fin de l'hiver, a lieu le dernier mercredi qui précède le Now Rouz. Ce jour-là, les gens ramassent des rameaux secs, des broussailles du désert ou du petit bois, en font sept fagots, les entassent dans la cour ou dans la rue et les enflamment au coucher du soleil. Ils sautent alors par-dessus le feu.
•Une autre pratique courante à cette occasion et pendant les fêtes de Now Rouz consiste à brûler des semences de riz (esfand) ou de l'encens (oindor) contre le mauvais œil et les mauvais esprits.
•Dès le mardi qui précède le 21 mars, commencent les réjouissances par la fête des enfants. Des aliments, des plantes comme les sept végétaux dont le nom commence par un "S" (en persan), apportent leurs valeurs symboliques et participent aux cérémonies du changement d’année. L’œuf, symbole de la fertilité, est omniprésent, plus ou moins richement décoré. Le Coran a pu prendre place dans ces rituels après avoir été, parfois, le symbole de l’ennemi : des versets sont lus tant en public qu’en privé mais cohabitant très étroitement avec l’œuvre de Hafez, le poète iranien par excellence, dont les textes sont exaltés en ces temps de Nowrouz. Habits neufs, billets de banque neufs, la nouvelle année commence avec Nowrouz !
La fête s'étale sur treize jours, pendant lesquels chacun rend visite aux parents, en commençant par les plus âgés de la famille. Surtout, chacun communie le plus possible avec la nature renaissante. Cela se traduit, le treizième jour de l'année, par des pique-niques gigantesques, à la campagne, sinon dans les parcs publics. Car il faut absolument pour Nowrouz sortir des maisons - que l'on a nettoyées de fond en comble et repeintes - pour secouer dehors les miasmes de l'hiver et surtout chasser les mauvais esprits. Un défoulement total allié à une communion cosmique avec la nature dont on attend qu'elle préserve du mal et chasse le malheur. En somme, le réveil de la vie...

 

Des milliers des femmes défenseurs de l’égalité déclarent leur soutien aux femmes en révolte dans le monde arabe et aux femmes membres de la Résistance iranienne dans les camps d’Achraf et Liberty en Irak

Lors de cette conférence, organisée à l’initiative de la « Fédération mondiale des femmes contre le fondamentalisme et pour l’égalité » (WAFE) et soutenue par des dizaines d’organisations et d’associations de défense des droits des femmes à travers le monde, des dizaines de personnalités et défenseurs des droits des femmes sont intervenues : Tasha de Vasconcelos, l’ambassadrice de l’Union européenne pour les causes humanitaires, Bariza Khiari, vice-présidente du sénat français, le député Martine Painvile, Rita Zusmuth, l’ancienne présidente du Bundestag, Linda Chavez, l’ancienne directrice des communications à la Maison Blanche, Ingrid Bettancourt, ancienne candidate à la présidence de Colombie, Anne-Marie Lizin, présidente d’honneur du sénat belge, ainsi que des représentants des parlements des pays divers comme Nariman al-Rou’san (la Jordanie), Elizabetha Zamparotti (l’Italie), Baroness Flinn (Grande Bretagne),Alice Damvel (Belgique), Edith Bauer, parlementaire européenne, Sarah Chandler, présidente du comité des droits de l’homme de l’ordre des avocats du Royaume-Uni et du Pays de Galle, Anissa Boumedienne, islamologue et ancienne première dame de l’Algérie, Ruth Wedgewood, juriste (Etats-Unis), Aude de Thuin, fondatrice et présidente du Forum économique et sociale des femmes en France, la philosophe Cynthia Fleury , Raymonde Folco, ancienne parlementaire (Canada) et Sara Philips, activiste des droits des femmes (Etats-Unis).

 

Rassemblement à Paris

Défendons les opposants iraniens à Achraf

Les résidents du camp d’Achraf, tous protégés par les Conventions de Genève, ont été les cibles d’attaques des forces irakiennes les 11, 26 et 30 décembre 2010 ainsi que le 7 janvier 2011. Ce camp abrite près de 3400 membres de l’OMPI, principal mouvement d’opposition iranienne.

Lire la suite...

Rassemblement contre la montée d’exécutions en Iran

ManifParis« Ni torture, ni exécution ne pourra nous taire ! »

Une manifestation est organisée par le CSDHI le vendredi 28 janvier après-midi, place du Châtelet à Paris en protestation contre le  nombre grandissant d’exécutions en Iran et en soutien aux résidents du camp d’Achraf en Irak, où habitent 3400 membres de l’Organisations des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI), principal mouvement d’opposition au régime iranien. 

Lire la suite...

Recherche

Twitter