massacre 1988The Sun, le 2 janvier 2018 - Les familles des victimes du massacre iranien de 1988 dans lequel 30 000 personnes ont été massacrées réclament la justice alors que le régime pervers continue d'exécuter ses opposants.

Il y a près de 30 ans, le gouvernement iranien a exécuté des milliers de prisonniers politiques, y compris des femmes enceintes et des enfants, sans aucune procédure judiciaire.


En 1988, le régime iranien a assassiné plus de 30 000 prisonniers politiques, y compris des femmes enceintes et des enfants - dans un massacre pervers qui n'a jamais pris fin.

La plupart des victimes étaient des membres du groupe d'opposition l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), bien que beaucoup, y compris des enfants attrapés en train de distribuer des tracts pour la faction, ont été associés à eux avec ténacité.

Un groupe d'hommes à Paris a photographié pour participer à la reconstitution des massacres pour mettre en évidence les exécutions massives en Iran pour lesquelles personne n'a jamais été poursuivi.

Les victimes ont été pendues à des grues quelques minutes après avoir été interrogées par les membres des tristement célèbres « comités de la mort ».

Personne n'a jamais été poursuivi pour son implication dans le massacre et beaucoup de ceux qui sont impliqués occupent maintenant des postes clés au pouvoir au sein du gouvernement.

À ce jour, le régime iranien, qui a pris le pouvoir lors de la révolution de 1979, qualifie ses opposants d '« ennemis de Dieu » et les exécute sans processus judiciaire approprié ou représentation légale.

Ce massacre tombe au milieu d'une vague violente de manifestations anti-gouvernementales à travers le pays qui ont prétendu qu’il y avait eu au moins 20 morts et des centaines de manifestants arrêtés.

yousefUne photo rare de Yousef Haibodi - l'une des victimes du massacre. Il a été enterré dans une tombe peu profonde à Téhéran. La pluie a découvert son corps et la jambe d'une autre victime peut être vue à gauche de sa tête.

Selon Human Right Watch, l'Iran tue le plus de personnes, y compris les femmes et les enfants, par habitant que tout autre pays sur terre.

L'avocat Taher Boumedra, ancien directeur du Bureau des droits de l'homme de l'ONU, aide les familles des victimes à obtenir justice.

S'exprimant avec The Sun Online, M. Boumedra a déclaré que le massacre n'a jamais cessé, qualifiant de « médiéval » le système judiciaire iranien actuel.

Il a déclaré : « Il s'agit d'un crime en cours et d’exécutions actuelles ».

« Et les exécutions sont justifiées en utilisant la même raison - que les prisonniers ont commis « la corruption sur Terre ».

« Il n'y a jamais eu de système judiciaire indépendant en Iran - le système est basé sur le fait que quiconque fait quelque chose contre le régime est contre Allah (Dieu) ».

M. Boumedra explique que les juges en République islamique ont peu de formation juridique et sont plutôt des prêtres, connus sous le nom d'Imans.

Il a poursuivi : « Donc ce genre de système est très médiéval ».

« En 1988, ils ont exécuté des personnes qui purgeaient déjà une peine, ils avaient été arrêtés avant la fatwa (une décision juridique, islamique) ».

« Il y avait environ 70 commissions de la mort dans tout l'Iran ».

« Trois ou quatre personnes s’assieront dans une pièce et un prisonnier apparaîtra et on lui posera la question : « Es-tu avec les Moudjahidin et est-ce que tu sympathises toujours avec eux ? »

« Si vous répondez oui ou non à cette question, vous êtes laissé en vie en vie ou tué ».

Trois hommes ont été photographiés en train d’être pendus en Iran en 2011. Le régime iranien tue plus de personnes que tout autre pays dans le monde entier, par habitant.
L'année dernière, un enregistrement de 1988 a fait surface montrant l'un des dirigeants iraniens se prononçant contre les massacres.

Le clip audio, qui a été enregistré secrètement, mettait en scène Hossein-Ali Montazeri, qui, à l'époque était préposé pour être le prochain Guide suprême du pays.

On peut l'entendre dire à ses collègues : « C'est, à mon avis, le plus grand crime commis au cours de la Révolution islamique pour lequel l'histoire nous condamnera ».

Hossein Abedini, un membre du Conseil national de la Résistance iranienne, affirme que Montazeri a mentionné les massacres d'enfants dans des lettres tandis que certains rapports affirment que plus de 700 enfants ont été massacrés avec des dizaines de femmes enceintes.

Montazeri, décédé en 2009, a été progressivement mis à l'écart par le régime et placé en résidence surveillée en 1997.

M. Abedini a déclaré à The Sun Online que certains de ces pendus n’avaient que « 13 ans ».

Il a déclaré : « Même les gens qui achetaient de la nourriture pour l'opposition, et les enfants qui vendaient des journaux ou qui dérangeaient des tracts, ont été arrêtés et tués.

Il a déclaré : « Même les gens qui achetaient de la nourriture pour l'opposition, et les enfants qui vendaient des journaux ou qui distribuaient des tracts, ont été arrêtés et tués ».

« Beaucoup d'entre eux ont été envoyés directement à la potence - et pendus à des grues.

« Ils ont été interrogés, condamnés et ensuite tués en quelques minutes ».

M. Abedini, qui vit au Royaume-Uni, a survécu à une tentative d'assassinat du régime iranien alors qu'il se rendait à l'aéroport d'Istanbul en 1990.

Il a a reçu deux balles, une dans la poitrine et une dans le foie, dans une terrifiante attaque à la mitraillette.

Et M. Abedini a dit que l'enregistrement de Montazeri, qui a été divulgué par le fils de l'ancien vice-Guide suprême, a renouvelé l’intérêt pour les meurtres pervers.

Il a déclaré : « Finalement, après 29 ans, les Nations Unies ont reconnu que ce massacre de 30 000 prisonniers politiques en Iran avait eu lieu ».

L'ONU a appelé le régime iranien à lancer une enquête sur les meurtres.

Mais M. Boumedra a démoli cette idée en insistant sur le fait que la communauté internationale « ne peut s'attendre à ce que les membres du gouvernement iranien s'impliquent eux-mêmes ».

Il a déclaré : « Les représentants des familles des victimes ont besoin d'une enquête internationale plutôt que d'une enquête gouvernementale ».

« Ils jouissent de l'impunité et nous devons nous assurer qu'ils ne pourront pas s'en tirer ».

« C'est une situation tout à fait complexe en termes de qui exercerait cette compétence ».

« Nous devons trouver un tribunal qui exerce une compétence universelle ».

Il ajoute : « Nous devons nous assurer que l'ONU enquête et confirme et identifie les criminel, alors il sera facile de suivre l'affaire avec les tribunaux ».

Recherche

Twitter