PROTESTATIONCSDHI - Des militants des droits de l'homme en Iran ont exprimé leurs préoccupations au sujet des arrestations massives au cours des plus grandes manifestations du pays depuis près d'une décennie après la mort d'au moins trois manifestants dans la tristement célèbre prison d'Evine à Téhéran, en Iran.

Le premier a confirmé la mort d'un détenu lorsque des responsables de la sécurité ont annoncé qu'il s'était suicidé. Maintenant, des rapports alarmants disent que davantage de manifestants détenus sont morts en détention, y compris un éminent défenseur des droits humains, ce qui porte le nombre total à cinq.

 

Nasrin Sotoudeh, une éminente avocate spécialisée dans les droits de l'homme, a déclaré : « J'ai parlé à un prisonnier dans la prison d'Evine et on m'a dit que trois détenus avaient perdu la vie », a déclaré Mme Sotoudeh. « Quand les autorités recourent à des arrestations massives, elles ne peuvent prétendre protéger leurs droits. Dans une telle situation, il n'est pas possible que le processus judiciaire prenne son cours normal ». Sotoudeh a déclaré aux médias que selon les informations dont elle dispose, les autorités affirment que ces trois cas étaient des cas de suicide.

 

Sotoudeh était particulièrement préoccupée par l’usage de centres de détention non officiels. Lors des manifestations de 2009 qui ont suivi la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence, l'un de ces centres de détention, Kahrizak, a attiré l'attention du pays après l'émergence de plusieurs agressions sexuelles, tortures et morts en détention.

 

Les politiciens réformistes, y compris le député véhément, Mahmoud Sadeghi, ont averti d'une répétition du scandale. « Je préviens le président, les services de renseignement et les autorités judiciaires contre la répétition d'un deuxième Kahrizak », a-t-il tweeté. Sadeghi, un membre du parlement réformiste, a annoncé que 3 700 personnes ont été arrêtées pendant les manifestations. Auparavant, les autorités avaient annoncé l'arrestation de 1 700 personnes.

 

Mardi matin, Human Rights Campaign a annoncé le nom de deux autres détenus qui sont morts dans les provinces ; Vahid Heydari à Arak et Mohsen Adeli à Dezful. Cependant, le bureau des médias de l'agence des prisons iraniennes dit qu'ils n'ont aucun rapport au sujet d'une personne nommée Mohsen Adeli qui est morte en détention. Le procureur de la province de Téhéran a avoué que Heydari est mort à Arak, mais insiste sur le fait qu'il s'est suicidé.

 

Nassim Papayianni, chercheur d'Amnesty International chargé de l'Iran, a déclaré que ses enquêtes montraient « à maintes reprises, à quel point les conditions carcérales sont inhumaines en Iran, avec la surpopulation, la mauvaise ventilation et la menace omniprésente de la torture ».
« Nous sommes également préoccupés par le fait que les autorités iraniennes refusent de donner aux membres de la famille de ces personnes arrêtées des informations sur le sort et l'endroit où se trouvent leurs proches. Les autorités doivent mettre fin à ce mur du silence et fournir aux membres des familles des informations sur les personnes détenues.

 

Source : INU

Recherche

Twitter