executionCSDHI - Le procureur public et révolutionnaire de Shahrekord a annoncé l'exécution publique d'un jeune homme, le 6 août 2017, selon l'agence de presse officielle, IRIB.

L'homme âgé de 30 ans, reconnu coupable de viol, avait été condamné à mort en 2014. L'affaire étant délicate, le processus judiciaire avait été inscrit à l'ordre du jour et il a été exécuté rapidement, a déclaré Ahmadreza Bahrami.
La victime n'a été identifiée que par ses initiales, A.R. Il a été pendu publiquement à Farokhshahr, à 10 km du centre de Chaharmahal et de la province de Bakhtiari, dans le centre de l'Iran.
Le 5 août dernier, un autre détenu a été pendu dans la prison de Parsilon de Khorramabad, capitale de la province du Lorestan. Il était sous le coup d’accusations liées à la drogue. Il s’appelait Hamed Ghaedrahmat.
Le même jour, deux autres détenus ont été pendus sur des accusations liées à la drogue dans la prison centrale d'Ourmia. Les victimes ont été identifiées, il s’agit de Saeid Pourhormoz et Hossein Shahi, âgés de 38 ans. Leurs exécutions n’ont pas été rendues publiques par les médias officiels, au moment de ce rapport.
Dans une autre affaire, mardi 1 août 2017, trois jeunes hommes ont été exécutés dans la prison d'Adealabad de Shiraz, dans le sud de l'Iran. Les trois hommes se nommaient Abolhasan Abrovan, Ata Attarzadeh, Hassan Arefianfar. Ils avaient moins de 20 ans au moment où ils ont commis leurs crimes.

Source : Les droits de l’homme en Iran

Recherche

Twitter