CSDHI - Il faut protéger les habitants du camp de Liberty contre les attaques, a déclaré Amnesty International dans un communiqué le 6 juillet. L'ONG a appelé à une enquête indépendante, impartiale et rapide sur l'attaque à la roquette du 4 juillet sur le camp, qui abrite des exilés iraniens.

"Des centaines d'exilés iraniens, principalement des membres et sympathisants du groupe d'opposition iranien, l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), et leurs familles, continuent de vivre dans le camp", explique Amnesty.

L'ONG ajoute ce témoignage : "Une femme de 30 ans a déclaré à Amnesty International: "Je terminais mon repas quand j'ai entendu la première explosion. Je suis sortie du réfectoire avec mes amies,et nous nous sommes mises à courir. Une roquette a explosé à environ trois mètres de moi. Sous l'impact, je suis tombée au sol sur le visage. Mon visage saignait de partout et mon nez aussi." Une autre femme a dit qu'elle avait eu l'impression d'être "enterrée vivante" sous les décombres qui volaient et la fumée en se réfugiant au fond d'un trou profond creusé dans le sol. Elle raconte que les habitants avaient creusé des trous pour se protéger en cas d'attaque."

"Amnesty International appelle à une enquête rapide, indépendante et efficace sur cette attaque, que les responsables soient traduits en justice et que des mesures soient mise en place pour prévenir de futures attaques. L'organisation déplore l'absence d'enquête adéquate des attaques meurtrières précédentes contre le camp, absence qui envoie le message que les habitants du camp peuvent être attaqués en toute impunité. Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque du 4 juillet 4.

"Les habitants du camp se sont également plaints à Amnesty International de leur conditions de vie désespérées. Ils ont dit que les forces de sécurité irakiennes contrôlant l'accès au camp avait empêché la livraison de nourriture, de médicaments et de carburant au cours des huit jours précédant l'attaque. La pénurie de carburant a des conséquences sur les habitants du camp qui dépendent de générateurs pour avoir de l'électricité."

Recherche

Twitter