Soheil ArabiCSDHI, le 11 novembre 2017 - En réponse au prix annuel de Reporters sans frontières qui lui a été décerné, le 7 novembre dernier, le prisonnier politique iranien Soheil Arabi a déclaré dans une lettre : « Aucune récompense ne peut me rendre heureux à moins qu’ensemble, nous déracinions l'oppression et renversions les oppresseurs ».

Dans une partie de la lettre, ce prisonnier politique actuellement détenu dans le quartier 8 de la prison d'Evine a déclaré : « Lorsque la plupart des médias étaient entre les mains de deux factions qui rivalisaient dans la censure et le conservatisme, quand quelques personnes ont été payées pour promouvoir l’analphabétisme et la superstition pour nous tromper, j’ai décidé d'être un journaliste indépendant, pour que je puisse refléter toute la vérité sans retouche ni censure ».


« Le dirigeant arrogant et ses subordonnés, cependant, ont la peur inimaginable de notre compréhension de la vérité et de la faire comprendre aux autres. Ils nous divertissent avec des mythes et des superstitions, et ils sont heureux de nous endormir pour piller nos richesses et notre terre de réconfort. Oui, l'éveil, c'est comme se débarrasser des tyrans, alors ils répriment brutalement les citoyens journalistes ».


« Merci beaucoup, mes bons amis, de l'autre côté des frontières, qui m'ont trouvé digne de ce précieux prix. Ce prix me donne une double motivation pour continuer à travailler en tant que journaliste citoyen même derrière les barreaux afin de porter la voix des prisonniers idéologiques et des politiques iraniens à l'attention de tous les peuples du monde, et j'espère que vous continuez à m'aider à cet égard », a ajouté Soheil.


Une autre partie de la lettre se lit comme suit : « De nombreux jeunes ont été condamnés à des peines d'emprisonnement avec moi, y compris des dizaines d'autres prisonniers politiques et des prisonniers de conscience dans tout l'Iran qui ne bénéficient pas de soutien approprié. Le camp de travaux forcés dans la prison d'Evine, dans les quartiers 7 et 8, implique le travail non rémunéré des prisonniers qui sont contraints de faire le travail du personnel de la sécurité et du personnel de la cuisine et de l’infirmerie, contrairement aux règlements de la prison.


« Dormir sur les planchers nus, vendre des aliments et des biens multiplie son prix établi, les inspections avec violence et des dizaines d'autres abus, y compris des violations des droits de l'homme, se produisent dans les prisons de la République islamique. Hélas, où est le sauveur ?


Soheil Arabi, diplômé en photographie et père d'une jeune fille, a été arrêté par les services du renseignement des Pasdarans à l'automne 2013 et il a été soumis à la torture à l'isolement dans le quartier A-2 des Pasdarans.


Soheil Arabi a d'abord été condamné à l'exécution, puis à sept ans et demi d'emprisonnement, pour avoir publié des photos du soulèvement de 2009, d’avoir fait un dessin de Khamenei et de la réinsertion d'articles dans le cyberespace. Il a été accusé de « propagande contre l'État », d' « apostasie », de « blasphème contre le prophète et d'insulte envers la sainteté ». En outre, il a été condamné à trois ans d'emprisonnement et à une amende de 30 coups de fouet pour avoir insulté les dirigeants du régime.


Selon le verdict du tribunal d’enquête des mollahs, pour prouver son regret et d’échapper à l'exécution, Soheil Arabi a été condamné à deux ans d' « investigation religieuse », « à lire 13 volumes de livres absurdes sur la religion et à rédiger un résumé de ce truc d’absurdités ».


Selon cette décision dégoûtante, il devrait soumettre une réponse écrite à ses doutes à la cour, écrire un document en utilisant cinq livres religieux, et soumettre son rapport de recherche au tribunal tous les trois mois pendant deux ans. La peine de mort sera supprimée après avoir prouvé ses regrets devant le tribunal et modifié son comportement.

Recherche

Twitter