saber maleki reiesiCSDHI - Un certain nombre de prisonniers politiques qui ont été transférés dans la prison centrale d'Ardabil, en Iran, ont écrit une lettre à Mme Asma Jahangir, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits de l'homme en Iran, pour demander qu’une enquête soit mise en œuvre sur la situation de leur jeune compagnon de cellule, Mohammad Saber Maleki Reiesi.

Les signataires de cette lettre sont les prisonniers politiques suivants : Maher Kabi, Shir-Ahmad Shirani, Ali Pajgol et Nour-Ahmad Hassanzehi. Voici ce que l’on peut lire, en partie, sur cette lettre :


« Nous, les signataires de cette lettre, sommes quatre prisonniers politiques détenus dans la prison d'Ardabil. Notre seul crime est d'être sunnites et baloutches. Nous ne pouvions pas rester silencieux pendant que nos peuples étaient opprimés et à cause de cela, nous avons été torturés et détenus pendant des années ...

 


Madame Jahangir,


La raison pour laquelle nous vous écrivons cette lettre n'est pas de décrire notre propre souffrance, mais plutôt l’état de notre compagnon de cellule et ami, Saber Maleki Reiesi. Il était en fait un enfant lorsqu'il a été arrêté. Il a été arrêté à l'âge de 17 ans et, comme il l’a écrit dans ses lettres, il a été pris en otage parce que les institutions de sécurité ne parvenaient pas à attrapper son frère, qui était un activiste. Après deux ans d'isolement et de torture, il a été condamné à 15 ans de prison ...


Saber Maleki a entamé une grève de la faim après avoir été sévèrement battu le 29 novembre par les autorités pénitentiaires. Les autorités de la prison l'ont attaché, torturé et battu au point qu'il se plaint maintenant de problèmes cardiaques ... La vie de Saber Maleki Raysi est en danger. Nous vous demandons donc de faire pression sur le gouvernement pour qu'il cesse de harceler les prisonniers politiques, en particulier les minorités ethniques et religieuses.
Nous et notre ami Saber n'avons commis aucun autre crime que d'être des Baloutches et des Sunnites.


Les prisonniers politiques exilés dans la prison d'Ardabil, en Iran, Maher Kabi, Shir-Ahmed Shirani, Ali Pezhgol, Nour-Ahmad Hassanzehi, le 21 décembre 2017.

 

Source : ZandanIran - 25 décembre 2017

Recherche

Twitter