Atena daemiAmnesty International - La défenseure iranienne des droits humains iranienne Atena Daemi observe une grève de la faim à la prison d’Evine, à Téhéran, depuis le 8 avril.

Elle proteste contre les peines d’emprisonnement avec sursis prononcées contre deux de ses sœurs, Hanieh et Ensieh, pour « outrage à agents dans l’exercice de leurs fonctions ». Elle a accusé les organes de sécurité iraniens de harceler l’entourage familial des prisonniers politiques pour les tourmenter davantage encore.

La défenseure iranienne des droits humains Atena Daemi, injustement emprisonnée en raison de ses activités en faveur des droits fondamentaux, a entamé une grève de la faim le 8 avril à la prison d’Evin. Depuis lors, selon sa famille, elle a perdu du poids et souffre de palpitations cardiaques ainsi que d’infections rénale et urinaire.

Atena Daemi proteste contre les peines d’emprisonnement avec sursis de trois mois et un jour prononcées le 23 mars 2017 par un tribunal pénal de Téhéran contre ses sœurs Hanieh et Ensieh Daemi pour « outrage à agents dans l’exercice de leurs fonctions ». Le tribunal a condamné Atena Daemi à une peine de prison de la même durée, qui vient s’ajouter à la peine d’emprisonnement de sept ans qu’elle purge actuellement.

Ces condamnations sont liées à la confrontation qu’elle et ses sœurs ont eu le 26 novembre 2016 avec trois pasdaran (gardiens de la révolution), lorsque ceux-ci ont fait une descente dans la maison de ses parents pour l’appréhender. D’après Atena Daemi, les pasdaran étaient masqués et n’ont pas présenté de document d’identité ni de mandat d’arrêt. Lorsque Atena Daemi a protesté pacifiquement en disant que la façon dont ils procédaient à son arrestation était illégale, ils l’ont battue et aspergée de gaz poivre. Sa sœur Hanieh a reçu un coup de poing à la poitrine lorsqu’elle a tenté de s’interposer.

Après son arrestation, Atena Daemi a porté plainte contre les pasdaran auprès du Bureau du Procureur dans la prison d’Evin. Cependant, les autorités n’ont pas traité la plainte et ont affirmé que « sa lettre de plainte [avait] été perdue ». Par contre, elles ont engagé des poursuites pénales contre Atena Daemi et ses sœurs, à titre de représailles, semble-t-il.

Amnesty International estime que le procès qui a abouti à leur condamnation était inique et que Hanieh et Ensieh Daemi, si elles étaient emprisonnées, seraient des prisonnières d’opinion, prises pour cibles uniquement en raison de leur lien de parenté avec Atena Daemi. Dans une lettre rédigée à l’intérieur de la prison le 8 avril 2017, Atena Daemi a écrit : « Je défendrai les droits de mes sœurs jusqu’à mon dernier souffle. Je ne laisserai pas les organes de sécurité, qui violent déjà les lois mêmes de l’Iran, utiliser nos familles pour nous torturer psychologiquement [...] Je préfèrerais mourir qu’être esclave de l’oppression. »

 


Recherche

Twitter