huffington postHuffPost, par Majid Rafizadeh - Une résolution a récemment été présentée à la Chambre des représentants des États-Unis, condamnant une atrocité que la plupart des Américains et d’ailleurs, la plupart des cccidentaux n'ont jamais entendu parler : les meurtres de quelques 30 000 prisonniers politiques en Iran en 1988.

Les législateurs dirigés par le membre du Congrès, Michael McCaul (R-TX), Ed Royce (R-CA), Eliot Engel (D-NY) et Pete Sessions (R-TX), et 42 de leurs collègues des deux côtés de la Chambre, ont choisi d’essayer de réparer ce tort, en introduisant une loi, H. Res. 188, déplorant le meurtre de victimes qui « comprenaient des milliers de personnes, y compris des adolescents et des femmes enceintes, emprisonnés simplement pour avoir participé à des manifestations pacifiques dans la rue et pour possession de documents politiques, beaucoup d’entre eux avaient déjà purgé ou étaient en train de purger des peines de prison ».

La cruauté était extrême, comme l'a souligné la résolution, « les familles des exécutés se sont vues refuser es informations sur leurs proches et on leur a interdit d’en faire le deuil en public ». Mais le monde extérieur a été maintenu à peu près dans l’ignorance. Ou, confrontés à des flashs de réalité, beaucoup ont choisi de fermer les yeux.

Selon Amnesty International, la grande majorité des exécutés étaient affiliés à la principale opposition, les Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI / MEK). Les prisonniers ont été « amenés devant des commissions et brièvement interrogés sur leur affiliation politique, et tout prisonnier qui a refusé de renoncer à son appartenance à des groupes perçus comme ennemis par le régime a été conduit à la potence d’exécution », a souligné la résolution de la Chambre. Les législateurs ont été outrés par l’acte en partie d’insolence du gouvernement du président récemment réélu, Hassan Rouhani, qui a nommé comme ministre de la justice, l'un des membres détestables de la « commission de la mort » de Téhéran, Mostafa Pourmohammadi. Beaucoup soutiennent que, comme la plupart des cas de massacre brutal par des gouvernements autocratiques, dictatoriaux ou théocratiques, celui-ci a été mené de telle sorte que la rumeur des exécutions s'est répandue dans tous les coins du pays, terrorisant la population et paralysant des milliers de familles, de quartiers, et des communautés dans le chagrin.

Beaucoup croient que ce qui est encore plus gênant, c'est que le choix du guide suprême Ali Khamenei pour succéder à Rouhani lors de l’élection présidentielle du mois dernier, Ebrahimi Raisi, avait déjà été récompensé pour ses longues années d'allégeance en étant nommé gardien de la fondation, Astan Buds Razavi, l’œuvre de bienfaisance la plus riche dans le monde musulman. L’organisme de bienfaisance est ici un terme relatif. En Iran, sous les mollahs et les religieux dominants, nous croyons que les méga millions finissent dans les caisses du guide suprême iranien, pour financer les pasdarans et son programme fondamentaliste. Certains affirment que maintenant Khamenei a cherché à manipuler les élections, et ainsi renforcer son monde politique, en imposant Raisi, au peuple iranien réticent, comme leur président. Il n'a vraisemblablement pas calculé que la rivalité de la campagne entre le titulaire « modéré » autodéclaré et son rival « intransigeant » conduirait le massacre de 1988 à refaire surface, provoquant une indignation publique si extrême que même les mollahs puissants de la faction de Khamenei ont dédaigné à soutenir Raisi. Khamenei a vraisemblablement cédé, ce qui semble être une perte importante pour lui, mais pas un grand changement de résultat pour le peuple iranien. En outre, beaucoup croient que Rohani, également un ancien combattant de ce milieu politique de la République islamique, a obtenu un autre mandat susceptible de différer peu de ses quatre premières années, qui sont les témoins selon Amnesty International, de milliers d'exécutions, de mesures de répression intenses, d’une pauvreté généralisée et d’une injustice nationale ; parallèlement à l'intensification de l'ingérence étrangère, à la montée en flèche des budgets militaires / de sécurité et à la volonté de faire progresser le projet de missiles balistiques. C'était, cependant, pour les religieux au pouvoir, un autre réveil qui les attendaient, sur la manière dont les crimes contre l'humanité passés, puisse revenir les hanter. Compte tenu de l’importance avec laquelle la nation iranienne qui a réagi à cette réémergence du massacre de 1988, et plus vraisemblablement en renversant les efforts au plus haut niveau pour manigancer l’ « élection », H. RES. 188 « condamnant le gouvernement de la République islamique d'Iran pour le massacre des prisonniers politiques en 1988 et demandant justice pour les victimes » est opportun et juste.

Selon Amnesty International, les autorités ont commencé à profaner les fosses communes non marquées des personnes exécutées dans différentes villes, y compris à Mashhad dans le nord-est de l'Iran et à Ahwaz dans le sud du pays, craignant une propagation de la campagne d'appel à la justice à l'égard des victimes du massacre de 1988,

Dans un communiqué publié le 1er juin 2017, Amnesty International a exprimé son inquiétude : « La profanation d'une fosse commune à Ahvaz, dans le sud de l'Iran qui contient les restes d'au moins 44 personnes qui ont été exécutées de manière extrajudiciaire, détruirait des preuves légales, vitales et saboterait des opportunités de rendre justice pour le massacre en masse de prisonniers qui ont eu lieu à travers le pays en 1988, a déclaré Amnesty International et Justice pour l'Iran », a-t-il écrit.

Les législateurs ont cité dans leur résolution un rapport d'Amnesty International, concluant qu'il ne devrait pas y avoir d'impunité pour les violations des droits de l'homme, peu importe où ou quand elles ont eu lieu. Les exécutions de 1988 devraient faire l'objet d'une enquête indépendante et impartiale, et tous les responsables devraient être traduits en justice et condamnés à des sanctions appropriées ».

Je suis d'accord avec cela.

Recherche

Twitter