prisonnières evineCSDHI – Alors que le transfert des prisonniers politiques dans les cliniques est toujours mis en oeuvre avec beaucoup de difficultés par les institutions de sécurité judiciaire, les prisonnières, en particulier les détenues qui se trouvent dans la section des femmes de la prison d’Evine, souffrent de graves privations, en raison du manque d’agents féminins de sécurité.

Pour envoyer des prisonniers dans un hôpital, selon l’ordre du procureur, le détenu doit être examiné par un légiste du ministère public et, s'il y a approbation, l'ordre de transfert sera émis. S'il y a un médecin qui peut guérir la maladie, le prisonnier sera transféré dans l'infirmerie de la prison, sinon, il sera transféré dans les centres médicaux ayant signés une convention avec l'Organisation pénitentiaire. Si les familles souhaitent transférer les détenus dans un autre centre de santé, elles doivent prendre rendez-vous et payer les frais, après avoir obtenu l'approbation du procureur.

Ce processus peut prendre des mois.

Un certain nombre de femmes détenues dans le quartier féminin ne sont pas en bonne forme physique, et puisque la clinique de la prison n'est pas bien équipée et ne possède pas de matériels spéciaux, ces prisonniers réussissent à obtenir une autorisation de congé médical, à être envoyés dans un hôpital ou à aller voir un spécialiste, après avoir attendu plusieurs mois. Toutefois, ces transferts sont la plupart du temps annulés le jour J, en raison du manque de personnel pénitentiaire.

Le quartier des femmes de la prison d'Evine a deux agents de sécurité, à chaque changement. Ces deux personnes sont des agents qui accompagnent les prisonniers hors de la prison.

Depuis plus de trois semaines, en raison de la multiplicité des transferts, ces deux gardes sont restés avec les prisonniers admis à l'hôpital, de sorte que la majorité des transferts ont été annulés.

Par exemple, Elham Farahani, citoyenne bahaïe, emprisonnée dans cette section, a eu une fracture de la main et a subi deux chirurgies. Cette détenue est privée de congé médical et de libération conditionnelle. Comme elle a du mal à bouger sa main, son médecin lui a prescrit 30 séances de physiothérapie. Cependant, en raison d'annulations fréquentes, il y a un écart entre les séances. Le spécialiste de la clinique est préoccupé par le fait qu’en raison des espaces entre les séances de physiothérapie, Mme Farahani ne pourra pas utiliser sa main comme elle le fait d'habitude.

Une source proche des familles des détenues dans la prison d'Evine a critiqué cette situation et a déclaré : « L’autorité supérieure et le gardien de la prison plutôt que de régler le problème, annulent les rendez-vous qui ont été obtenus par les familles avec beaucoup de difficultés. D'autre part, lorsque le rendez-vous est annulé, en raison des restrictions d'appel, les prisonniers ne sont pas en mesure d'informer leurs familles et cela provoque une grande inquiétude chez la famille ».

Recherche

Twitter

RT @DEBOUTSION: Ds l'indifférence des médias PRESSE française oui pas intéressant pour FI PCF PIR POPULISME Plenel mediapart derrière leu…

csdhi.org