Kamalandgranddaughter 1 1CSDHI - Un grand-père irano-britannique, Kamal Foroughi, a passé son 78 anniversaire le 3 septembre 2017, dans la prison d'Evine de Téhéran, en Iran, où il a été condamné à purger sept ans de prison sur des accusations d'espionnage présumées depuis 2011.

« Nous sommes très préoccupés par la santé de papa », a déclaré le fils de Foroughi, Kamran, au Centre pour les droits de l'homme en Iran (CHRI). « Combien d'anniversaires lui reste-t-il ? Est-ce que papa survivra à la prison d'Evine ? Le reverrons-nous à nouveau ?

 

Kamran Foroughi a ajouté que l'amélioration des relations entre les gouvernements britannique et iranien après que les deux pays aient rétabli des relations diplomatiques en 2016 n'a eu aucun impact positif sur le cas de son père.

 

« Le mardi 5 septembre, c’est le premier anniversaire depuis le Royaume-Uni et l'Iran ont rétabli des relations diplomatiques complètes au niveau des ambassadeurs », a-t-il écrit. « Nous sommes sûrs que les ambassadeurs Hamid Baeidinejad et Nicholas Hopton ont eu une année chargée encourageant le commerce, mais qu'en est-il de papa ? »

 

Des dizaines de diplomates étrangers basés en Iran ont été critiqués par des militants des droits de l'homme après avoir visité la prison d'Evine sans avoir vu des ressortissants étrangers et d'autres prisonniers politiques actuellement détenus dans la prison.

 

Diagnostiqué ayant une cataracte en 2016, Kamal Foroughi a été éligible à la libération conditionnelle pour plus de 1300 jours en vertu de l'article 58 du code pénal islamique de l'Iran, qui autorise une libération conditionnelle après que les prisonniers aient purgé un tiers de leur peine de prison.

 

Kamal Foroughi, qui détient la double citoyenneté iranienne et britannique, a travaillé comme consultant pour la compagnie de gaz et de pétrole, Petronas, lorsqu'il a été arrêté le 5 mai 2011 par les Pasdarans et il a été condamné à sept ans de prison pour « espionnage » et à un an pour « la possession de boissons alcoolisées à la maison ». La dernière condamnation a finalement été abandonnée, selon Kamran Foroughi.

 

L'Iran ne reconnaît pas la double nationalité.

 

« Comment est la santé de papa ? Nous l’ignorons toujours », a déclaré Kamran Foroughi au CHRI, ajoutant que Foroughi n'a pas de membres de sa famille en Iran. « Au cours des cinq dernières semaines, nous avons attendus que la prison d'Evine nous donnent les résultats de ses examens médicaux ».

 

« Papa ne les a pas vus et personne ne semble pouvoir y accéder », a ajouté Kamran Foroughi. « Donc, efficacement, nous sommes tous privés du droit de voir les résultats des nombreux tests médicaux effectués sur papa, contrairement aux normes médicales internationales ».

 

L'emprisonnement continu de doubles ressortissants décidé par le pouvoir judiciaire contredit les appels répétés du président Hassan Rohani aux expatriés de revenir en Iran. Le nombre croissant d'arrestations reflète également les efforts des intransigeants au pouvoir visant à empêcher l'engagement avec l'Occident que l'administration Rouhani a cherché à encourager.

 

Au moins 10 ressortissants étrangers sont actuellement emprisonnés en Iran, dont trois ayant la citoyenneté britannique: Kamal Foroughi, Nazanin Zaghari-Ratcliffe et Roya Saberi Nobakht.

 

Source : Le Centre pour les droits de l'homme en Iran

 

Recherche

Twitter

RT @Claude2mougins: Pourquoi tant d’injustice? Italie, funérailles des 26 jeunes migrantes noyées en Méditerranée. Ces filles étaient âgées…

csdhi.org