Saqqez 500x300CSDHI - Une kurde iranienne est soumise à la torture et à des pressions inhumaines pour avoir fait de fausses confessions à la télévision.

Chini Akharkhoob, originaire de Saqqez, une ville située dans la province du Kurdistan iranien, qui a été arrêtée par des agents du renseignement le 26 septembre 2017, est toujours en prison depuis 40 jours. Le ministère du renseignement a dit à Mme Akharkhoob qu'ils ne la libéreraient qu'après s'être exprimée contre les partis d'opposition kurdes devant la caméra.


Elle a refusé de céder à cette demande et, par conséquent, le département du renseignement a augmenté ses pressions sur sa famille et sur elle afin de la faire céder.


Après le référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, qui s'est tenu le 25 septembre 2017, des centaines de kurdes iraniens ont été arrêtés par des agents de la sécurité et du renseignement pour avoir célébré le résultat. Au moins 10 des personnes arrêtées étaient des femmes. Le régime clérical a conditionné la libération de ces prisonnières à de fausses confessions à exprimer devant la télévision.

 

Source : Les droits de l’homme en Iran

Recherche

Twitter