humiliation publiqueCSDHI - Les forces de sécurité de l'Etat iranien ont fait défiler trois jeunes hommes dans les rues de Dehloran dans la province d'Ilam, dans l'ouest de l'Iran, après avoir été accusés de « méfait ». Les victimes ont également été humiliées en étant obligées de porter des vêtements de prison et des pichets autour du cou, lesquels sont utilisés pour les ablutions alors que leurs mains étaient menottées à un bâton afin de les humilier.
De telles punitions sont généralement mises en œuvre sans procédure judiciaire, souvent infligées à des jeunes qui défilent devant leurs propres voisins, forcés de s'asseoir à l’envers sur des ânes ou menottés à l'arrière d'un camion ouvert.
En tant que partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), l'Iran est légalement contraint d'interdire la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Cependant, aux côtés des pendaisons et des meurtres qui sont régulièrement effectués, les autorités continuent également à arrêter et à harceler les gens pour des raisons absurdes, par exemple, pour : port de vêtements incorrects, tatouages, consommation d'alcool, non-respect des couvre-feux et manque de respect envers les agents de sécurité.
Dans une affaire, en avril, un jeune homme et une femme à Téhéran ont récemment été condamnés à la prison et à 100 coups chacun, pour « avoir eu des relations en dehors du mariage ».
Dans un autre cas, cinq personnes ont été condamnées à un total de 23 ans de prison et 30 coups de fouet pour « vol ».

Recherche

Twitter