zumbaThe Seattle Times, le 17 juin 2017, Téhéran - Concernant ces Iraniens qui secouent leurs hanches et leurs dos sur une musique latino-américaine pendant des cours de Zumba, les ecclésiastiques musulmans iraniens - et une compagnie américaine - ont le même message : Arrêtez-ça. C'est illégal.

Les fans de Zumba du pays, cependant, refusent de céder.
L'Iran a vécu une révolution dans le domaine de la santé au cours des dernières années, avec des gymnases et des clubs de fitness ouverts dans de nombreux quartiers. Les hommes soulèvent des poids pour devenir musclés ; les femmes suent dans les cours d’aérobiques pour rester minces.
Comme dans de nombreux pays, la Zumba, une catégorie de danse aérobique, a attiré de nombreux adeptes, en particulier chez les femmes qui se rassemblent quelques fois par semaine pour s’entraîner sur les morceaux de musiques enjoués des chanteurs comme Ricky Martin et Shakira tout en perdant du poids.
« C'est marrant. C'est positif », a déclaré Sunny Nafisi, 33 ans, professeur de Zumba qui travaille dans une salle de sport « sélect » de Tehran. Mais ces derniers jours n'ont pas été amusants ou positifs, a admis Nafisi.
Une modification publiée ce mois-ci par le responsable de la Fédération des Sports pour Tous, une institution gouvernementale qui favorise les sports et un mode de vie sain, interdit effectivement les cours de Zumba car ils sont contraires aux préceptes islamiques.
Depuis, le téléphone de Nafisi est en effervescence et inondé de messages d'amateurs de Zumba déprimés qui craignaient que leurs groupes de fitness, soient dissous.
Même sa belle-mère a appelé de la Californie pour demander si c'était la fin de la Zumba en Iran. « Bien sûr que non », dit Nafisi. « La Zumba ne sera pas arrêtée ».
Le rassemblement pour la danse de remise en forme est l'un des nombreux exemples de tensions entre la classe moyenne qui souhaite des changements et ceux qui gouvernent le pays.
Depuis la révolution islamique de 1979, les religieux musulmans chiites iraniens ont codifié en loi des centaines de règlements sur le mode de vie, destinés à garder leur troupeau sur le droit chemin. Dans leur monde, des choses comme la consommation d'alcool, le rassemblement d’hommes et de femmes, et la danse peuvent conduire à commettre des péchés.
Les péchés peuvent miner les familles, la pierre angulaire de la vie en Iran, de sorte qu'il a été décidé que ces tentations, et bien d'autres, sont illégales, comme une poussée supplémentaire pour s'assurer qu'elles ne se produisent pas.
Mais elles se produisent, car l'application de la loi a ses limites dans une société complètement modifiée depuis les 40 dernières années. Alors que les poursuites peuvent entraîner des amendes ou des emprisonnements, elles ne sont pas communes, et mardi, des milliers d'hommes et de femmes ont dansé dans les rues pour célébrer la victoire de l'équipe nationale iranienne de football lors de la Coupe du monde.
Aujourd'hui, beaucoup d’Iraniens ignorent la plupart de ces péchés, déclarant qu’il appartient à chacun de décider s'ils en commettent ou pas.
Dans la pratique, cela signifie que les activités populaires, mais proscrites, y compris la Zumba, sont souvent tolérées si elles sont organisées en catimini ou sous un nom différent.
« J'enseigne la Zumba depuis des années », a déclaré Nafisi. « Mais au lieu de l'appeler Zumba, je l'ai appelée « exercice en musique » pour que personne ne le remarque ».

Ensuite, un autre professeur de Zumba a commencé à appeler ses cours par leur vrai nom, il y a quatre ans. Lorsque les autorités n'ont pas réagi, de nombreux autres professeurs, dont Nafisi, ont rapidement suivi. « Tout à coup, c’était devenu libre », a-t-elle dit. « Peut-être qu'ils ont simplement cessé de s'en occuper ».
Jusqu'à ce mois-ci. Dans une lettre, le chef de la Fédération des Sports pour tous, Ali Majd Ara, a décidé que la Zumba n'était pas un des sports acceptés. Le problème : faire des « mouvements rythmiques » ou « danser » est illégal, dit sa lettre.
Compte tenu de la position d'Ara, la lettre a été considérée comme équivalant à une interdiction nationale.
Il a fallu plusieurs appels téléphoniques pour réveiller Hossein Ghayyoumi, un ecclésiastique et un partisan du président modéré, Hassan Rohani, de son sommeil au milieu du mois de jeûne du Ramadan.
Zumba n'était pas quelque chose qui lui était familier, at--il admis, mais quand il a entendu parler de l'interdiction, Ghayyoumi s'est assis à son ordinateur et a regardé des vidéos la montrant.
« En toute honnêteté, je ne pouvais pas m'empêcher de me déplacer dans ma chaise », a déclaré le religieux, âgé de 66 ans, qui a une arthrite chronique. « Cela semble être un bon exercice ... En tant qu'être humain, je me suis immédiatement connecté au mouvement rythmique. Mais en tant que religieux, on m'apprend que la danse et la musique sont des recherches de plaisir et donc des haram ou illégales.
Même les emplois liés à la danse et à la musique sont illégaux, a-t-il dit, comme couper du bois pour fabriquer un instrument.
Les clercs iraniens n'étaient pas les seuls à s'opposer à Nafisi. Donc, aussi, le service juridique de Zumba Fitness, la société américaine chargée de la promotion de ce sport. Elle a déclaré que la société lui avait retiré son permis de professeur, l'année dernière, quand elle avait écrit sur une page Facebook liée à l'entreprise, qu'elle avait travaillé en Iran.
Certaines entreprises américaines interprètent rigoureusement les sanctions contre l'Iran et Nafisi a reçu une lettre disant que si elle déménageait dans un pays différent, elle obtiendrait son permis de professeur. La société a remboursé certains frais qu'elle avait payés pour sa formation à Dubaï.
« La Zumba est illégale en Iran à cause des sanctions », a déclaré Nafisi. « Est-ce que je leur ai dit qu’est ce qu’il en est de l'Iran qui joue au football avec l'équipe des États-Unis ? »
Elle continuera ses cours de Zumba à Téhéran de toute façon, a insisté Nafisi. « J'ai 40 élèves ; Ils veulent s’entraîner », a-t-elle dit. « Je vais simplement redonner un nom à ma classe ».

Recherche

Twitter