iranienne stadesThe Lily - La Misogynie est enracinée dans la société iranienne. Cette semaine, les autorités iraniennes ont renforcé publiquement l'interdiction des femmes qui assistaient à des événements sportifs masculins, ravivant un vieux débat qui n'a pas sa place au 21ème siècle.

En raison d'un match de qualification de la Coupe du monde entre l'Iran et la Syrie au stade Azadi de Téhéran, un certain nombre de femmes ont exprimé leur surprise et leur joie sur les médias sociaux lorsque le site officiel de la Fédération iranienne de football fournissait une option de billetterie aux femmes afin qu’elles puissent assister au match de football.
Pleines d'espoir, un certain nombre de femmes ont acheté des billets. Mais les autorités ont rapidement prétexté un problème technique et ont déclaré que tous les billets achetés seraient annulés et remboursés. La fédération a d'abord déclaré que seulement huit femmes avaient acheté des billets et ils ont publié un communiqué disant que les billets avaient été vendus par erreur, soulignant qu'il n'y avait jamais eu aucune intention de permettre la présence de femmes dans le stade Azadi pour le match Iran-Syrie.
« La préparation physique et infrastructurelle des stades n'est pas à la hauteur d’accueillir des femmes », a déclaré Mehdi Taj, président de la Fédération iranienne de football.
En tout cas, pas des femmes iraniennes.
De manière hypocrites, les autorités ont autorisé des femmes syriennes - le bénéficiaire d'un soutien idéologique et matériel tellement important de l'Iran – à assister au match. Il n'y a pas de règle explicite qui permet aux femmes étrangères d'assister à des manifestations sportives masculines, mais cette tendance a commencé, il y a quelques années. Pourtant, les femmes iraniennes sont interdites.
Ajoutant l’insulte à la blessure, de nombreux iraniens, fans de football, se sont publiquement moqués des femmes qui essayaient de défier l'interdiction en protestant à l'extérieur du stade.
Mais il y a eu des hommes iraniens qui leur ont apporté leur soutien, y compris plusieurs jeunes policiers, suggérant aux iraniennes fans de brandir un drapeau syrien pour pouvoir entrer.
En tant que femme iranienne, j'ai grandi comme tant de mes concitoyennes, rêvant d'aller dans les stades pour regarder des matchs nationaux.
Une fois, mon cousin aîné a même offert de m'emmener dans le stade si je me déguisais en petit garçon, mais ma mère n'a pas aimé l'idée. C'était trop risqué. J'aurais pu être arrêtée, emprisonnée ou forcée de payer une amende en espèces, comme certaines l'ont fait durant des années.
Cependant, ma vie a changé pour toujours, la première fois que je suis entrée dans le stade Oracle à Oakland pour regarder un match des Golden State Warriors en mars 2016.
Bien que je me sois assise au bord – oui, imaginez cela, votre première expérience d'un grand événement sportif est le bord du stade le plus animé de la NBA - j'ai pris mon temps à à la mi-temps pour me promener dans le stade. Je suis allée jusqu'au haut des gradins et j'ai regardé le stade. C'était une expérience à couper le souffle. Il n'y a pas assez de mots pour décrire l'exaltation, l'énergie, le bonheur et, oui, le sentiment d'égalité que j'ai ressenti à ce moment. J'ai beaucoup crié pendant ce match en faisant l'éloge des Warriors, mais j'ai étouffé plusieurs fois mes sanglots en souhaitant que je puisse le faire une seule fois chez moi en Iran.
Certaines personnes se sont interrogées plus tard sur l'expérience d’être assis au premier rang dans l'un des plus grands lieux sportifs d'Amérique. Pour moi, le plus grand choc culturel a simplement été l'expérience de me trouver dans un stade.
Les Américains que je rencontre ont du mal à croire qu'avant ce match des Warriors, je n'avais jamais assisté à un événement sportif majeur. Après tout, je suis une fan de ce sport de 32 ans qui a passé la majorité de sa vie à vivre dans une des villes les plus peuplées du monde, Téhéran. Et ce n'était pas parce que je ne voulais pas ou je ne pouvais pas me le permettre.
Mon expérience passionnante au match des Warriors ne portait pas sur la présence des hommes, mais sur l'être humain. Je ne pensais pas que les joueurs étaient des hommes ou que j'étais une femme.
Comme beaucoup de gens, je suis maintenant une fan inconditionnelle des Warriors, mais imagine si j'étais autorisée à éprouver tous ces grands sentiments dans mon pays, encourgeant mon équipe nationale.
La Fédération internationale de volleyball (FIVB) a poussé les autorités iraniennes à faire des concessions pour que les femmes assistent aux matchs. Les femmes affiliées au système judiciaire iranien, y compris plusieurs députées, ont finalement été autorisées à siéger dans des sections séparées des stades pour regarder l'équipe nationale masculine jouer au volleyball. Mais les femmes iraniennes ne sont toujours pas autorisées à assister à la grande majorité des événements sportifs masculins, tels que les matches masculins de football ou de lutte, les deux sports les plus populaires parmi les Iraniens.
Peut-être est-il temps pour la FIFA, l'organe mondial qui gouverne le football, d'exercer son influence et obliger l'Iran à changer son approche en permettant aux femmes de pénétrer dans les stades au lieu de regarder les matches à la maison, en particulier lorsque des spectatrices du pays de l'équipe visiteuse sont autorisés à y assister.
Il y a eu beaucoup de promesses depuis des années de la part des autorités iraniennes pour résoudre le problème, mais l'excuse qu'il n’existe pas de volonté de créer au moins une section distincte pour les femmes n'est pas légale, mais plutôt un autre rappel de la misogynie enracinée qui est encore omniprésente dans la société iranienne.

Recherche

Twitter

RT @Claude2mougins: Pourquoi tant d’injustice? Italie, funérailles des 26 jeunes migrantes noyées en Méditerranée. Ces filles étaient âgées…

csdhi.org