gilmour reutersReuters, Genève - Un record de 29 États, dont la Chine, l'Iran et l'Arabie saoudite, qui se sont vengés l'année dernière contre des citoyens qui ont coopéré avec les Nations Unies, a déclaré mercredi le bureau des droits de l'homme des Nations Unies ...

Les gens qui ont communiqué avec l'organe des droits ont été kidnappés, détenus, tenus au secret ou ont disparu, a déclaré l'adjoint du Secrétaire général aux droits de l'homme, Andrew Gilmour...


« Il y a quelque chose de grotesque et tout à fait contraire à la Charte et à l'esprit des Nations Unies, et en particulier à ce Conseil, que les gens soient punis, par des actes d'intimidation et de représailles, pour avoir coopéré avec les Nations Unies, sur les droits de l'homme », a-t-il déclaré.


D'autres victimes ont perdu leur emploi, ont eu leurs maisons ou leurs bureaux pillés ou ont été visées par des interdictions de quitter le territoire ou leurs actifs ont été gelés.

Beaucoup de cas ont entraîné une détention arbitraire et des tortures, parfois des agressions sexuelles ou des viols... Certains pays « justifiaient » leurs tactiques en disant que les individus étaient des terroristes ou coopéraient avec des entités étrangères visant à porter atteinte à l'Etat, a déclaré Gilmour.

 « Je pense que nous devrions considérer ces personnes comme des canaris dans la mine de charbon, qui chantent courageusement jusqu'à ce qu'ils soient réduits au silence par ce retour de flamme toxique contre les personnes, les droits et la dignité ... ».

 

Source : Reuters, le 20 septembre 2017

Recherche

Twitter