salons pour femmesCSDHI - Le procureur de Téhéran, en Iran, a fait référence à la situation des salons de Téhéran comme un exemple de calamité sociale affirmant que la police était chargée de se concentrer sur la situation des salons pour femmes.

« Le nombre de coiffeurs sans licence est plus important que ceux qui sont agréés et donc la police n'a pas le temps de surveiller les coiffeurs qui ont une licence », a déclaré Jafari Dolatabadi.


« Selon les statistiques annoncées, il y a 224 esthéticiennes sans licence sur Internet qui font de la publicité et enseignent illégalement des méthodes de maquillage ».


Le procureur de Téhéran a également déclaré que selon les rapports, 350 salons non autorisés ont été fermés.

 

Source : Agence de presse publique, Mehr, le 10 octobre 2017

Recherche

Twitter