Répression

Le procès Kazemi en appel bouclé en une heure

ImageAFP, Téhéran, 16 mai - Cette première audience s'est aussi tenue en l'absence de l'accusé, un agent des Renseignements, et des journalistes, expulsés du palais par les soldats. Elle pourrait être la seule si le juge décide de confirmer l'acquittement prononcé en première instance.

Les avocats de la famille ont commencé par contester la légitimité du tribunal "car les affaires de meurtres avec préméditation doivent être jugés par un tribunal à trois juges" et non pas à juge unique, a déclaré Me Mohammad Ali Dadkhah, membre de l'assocation d'avocats du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi. "Nous avons demandé au juge de statuer sur la compétence de son tribunal pour que nous commencions à présenter notre plaidoirie, mais il a répondu qu'il en avait suffisamment entendu et a mis fin à l'audience", a rapporté Me Dadkhah.

 

Lire la suite...

Les étudiants remportent une victoire à Sanandaj

ImageIran Focus, 13 mai - Les étudiants de l'université de Sanandaj dans le Kurdistan iranien, ont terminé leur sit-in sur une victoire. Ils avaient occupé les locaux de l'université pour protester contre la politique d'apartheid sexuel menée par la direction.

En effet, la présidence avait ajouté de nouvelles restrictions à la panoplie déjà très complète qui existait, avec par exemple la séparation des filles et des garçons dans les classes, la contrainte pour les filles de porter un tchador par-dessus le foulard obligatoire et deux entrées séparées pour les filles et les garçons dans les bâtiments de l'université.

Lire la suite...

Nouvelle campagne contre les antennes satellites

ImageIran Focus, 13 mai - Une opération de police d'envergure a été lancée pour confisquer les antennes paraboliques à Chahr-e-Rey, dans la banlieue sud de Téhéran. Elle a commencé le mardi 10 mai. Cinq quartiers ont été jusque là visés.

Les agents opèrent de maison en maison, pratiquant des fouilles systématiques et confisquant les antennes et les récepteurs satellites.

Lire la suite...

Les chanteuses en Iran n’ont pas le droit d’enregistrer leur voix

ImageIran Focus, 9 mai - Nul n'ignore la misogynie officielle du pouvoir intégriste en Iran et les terribles pressions qui pèsent sur les femmes au quotidien, depuis leur apparence jusqu'à leur vie privée.

Un détail parmi tant d'autres vient illustrer cette tragique réalité. Il est interdit aux femmes de chanter en public. Certes l'interdiction officielle touche les publics mixtes, mais les représentations devant les publics féminins sont si rarement autorisées, que l'on peut dire qu'il s'agit de l'exception qui confirme la règle. Mais outre cette censure, il est aussi interdit aux femmes d'enregistrer leur voix !

 

Lire la suite...

Les travailleurs de Gorgan manifestent pour obtenir leurs salaires impayés

ImageIran Focus, 7 mai - Des dizaines d'employés de la municipalité de Gorgan, grande ville du nord de l'Iran, se sont rassemblés devant la mairie de la ville en signe de protestation, rapporte l'agence officielle ILNA. Ils réclamaient leurs salaires impayés depuis plus de trois mois.

Dans le chaos qui régit la vie économique en Iran, une des plaies dont souffrent le plus les employés et les ouvriers, sont les salaires impayés sur de longues périodes de plusieurs mois, obligeant les travailleurs à s'endetter outre mesure pour assurer le minimum vitale. Il arrive de plus en plus malheureusement qu'ils soient poussés à l'extrémité de vendre un organe, un rein ou un œil, dont le marché fleurit en Iran.
 
 

Un étudiant convoqué au tribunal révolutionnaire

ImageIran Focus, 7 mai - L'agence de presse officielle ISNA a rapporté que Davoud Hassan-Zadeh, étudiant à l'université de Téhéran, avait été convoqué par un tribunal révolutionnaire de la capitale.

Son avocat a affirmé dans une interview avec ISNA que l'étudiant avait été accusé « d'actes contre la sécurité de l'Etat » et qu'il devait se présenter demain devant le juge. Rappelons que ce genre de charge entraîne généralement la prison, voire la peine de mort, et que de nombreux étudiants arrêtés lors des récentes manifestations n'ont toujours pas été libérés.

 

 

Les forces de sécurité ouvrent le feu sur la population dans une ville du Kurdistan

ImageIran Focus, 5 mai - Un jeune homme a été blessé par les forces de sécurité de l'Etat quand elles ont ouvert le feu sur la population dans la ville kurde de Mahabad (ouest de l'Iran) dans la soirée de samedi.

L'incident a eu lieu au centre ville et dans le quartier de Ach-Mam, où des forces de sécurité poursuivaient des personnes non identifiées.

Rahmat Khakpour, âgé de 23 ans et étudiant en première année d'Electronique, a été blessé par balle alors qu'il rentrait chez lui. Il a été touché au cou et rapidement hospitalisé. Cependant les médecins n'ont pas encore pu lui retirer la balle.
La fusillade a causé la panique dans la population et aucune responsabilité officielle n'a été reconnue par les forces de sécurité.

 

Lire la suite...

En Bref

ImageDeux jeunes condamnés au fouet pour avoir dansé dans le nord-ouest de l'Iran
Iran Focus, 30 avril - Deux jeunes de la ville de Makou ont été condamnés au fouet ce 27 avril par la justice de cette ville, accusés d'avoir dansé sur la voie publique et d'avoir troublé la paix publique. La peine sera exécutée lundi sur une place de la ville.

Lire la suite...

Un étudiant condamné à 18 mois de prison et 76 coups de fouet (Isna)

ImageAFP, Téhéran, 26 avril - Un étudiant iranien, Farab Samimi, a été condamné à 18 mois de prison ferme et 76 coups de fouet pour avoir participé à des manifestations hostiles au pouvoir islamique en 2003, a déclaré son avocat cité mardi par l'agence estudiantine Isna.
"Mon client a été condamné par le tribunal révolutionnaire de Téhéran à 6 mois de prison pour propagande contre le régime, un an de prison pour avoir perturbé l'ordre public et 76 coups de fouet", a déclaré Mohammad Sharif.
Farab Samimi avait participé aux manifestations estudiantines du 9 juillet 2003 commémorant la contestation étudiante de juillet 1999, durement réprimée par le pouvoir.

Lire la suite...

La police iranienne va traquer celles qui se prennent pour des "mannequins"

ImageAFP, Téhéran, 27 avril - Le commandant de la police de la province de Téhéran, le général Reza Zareïe, a annoncé une nouvelle campagne contre celles qui se prennent pour des "mannequins", a rapporté mercredi la presse iranienne.
"La police agira contre les mannequins de la corruption sur la voie publique et contre celles qui, sans être des filles de rue, ne respectent pas l'islam par leur tenue vestimentaire", a déclaré M. Zareïe.
Il a ajouté que la police allait se déployer dans les parcs et sur les routes des environs de la capitale, où les Téhéranais ont l'habitude de pique-niquer le week-end et de prendre quelque distance avec les rigueurs du code islamique.

Lire la suite...

Recherche

Twitter

RT @DEBOUTSION: Ds l'indifférence des médias PRESSE française oui pas intéressant pour FI PCF PIR POPULISME Plenel mediapart derrière leu…

csdhi.org