Publié le : 6th mai 2019

BBC News iranBBC News – Les États-Unis et des groupes de défense des droits humains ont exprimé leur indignation devant les informations selon lesquelles l’Iran aurait procédé à l’exécution de deux garçons de 17 ans.

Mehdi Sohrabifar et Amin Sedaghat avaient 15 ans quand ils ont été reconnus coupables de plusieurs accusations de viol en 2017, à la suite de ce que les activistes ont qualifié de procès inéquitable.

Ils auraient été transférés d’un établissement pour mineurs dans une prison un jour avant leur mort, jeudi dernier.

Les autorités iraniennes n’auraient apparemment pas informé les familles ni les avocats des garçons de leur condamnation à mort.

Les responsables iraniens n’ont pas commenté les informations. Selon Amnesty International, l’Iran a exécuté près de 100 mineurs délinquants depuis 1990 – le nombre le plus élevé de tous les pays.

Plus de 90 autres mineurs risquent toujours d’être exécutés. Nombre d’entre eux ont passé de longues périodes dans le quartier des condamnés à mort – parfois plus de dix ans.

Le droit international interdit strictement le recours à la peine capitale dans toutes les affaires dans lesquelles l’accusé avait moins de 18 ans au moment des faits.

Sohrabifar et Sedaghat, qui étaient des cousins, auraient été exécutés jeudi dernier à la prison d’Adel Abad, dans la ville de Chiraz, dans le sud du pays.

Amnesty a déclaré avoir reçu des informations suggérant que les adolescents ignoraient qu’ils avaient été condamnés à mort jusqu’à peu de temps avant leur pendaison.

Les garçons ont reçu une visite de leurs familles, la veille, mais on ne leur a pas dit que c’était en préparation de leur exécution, a déclaré le groupe de défense des droits humains.

Les familles auraient appris la nouvelle, vendredi, après avoir reçu des appels téléphoniques de l’organisation iranienne de médecine légale.

Amnesty a déclaré qu’il y avait des traces de coups de fouet sur les corps, indiquant qu’ils avaient été fouettés avant leur mort.

« Les autorités iraniennes ont une fois de plus prouvé qu’elles sont ignoblement prêtes à mettre des enfants à mort, au mépris flagrant du droit international », a déclaré Philip Luther, directeur d’Amnesty au Moyen-Orient.

L’organisme de bienfaisance a déclaré que les procédures judiciaires ayant abouti à la peine et à la condamnation des garçons étaient injustes et constituaient une violation flagrante des principes de justice pour les mineurs.

Les garçons auraient été détenus pendant deux mois dans un centre de détention de la police, où ils auraient été battus et se seraient vu refuser l’accès à un avocat.

Une source a déclaré à Human Rights Watch que la cour suprême iranienne avait annulé les condamnations à mort prononcées à leur encontre après le procès initial, mais qu’un tribunal de Chiraz les avait rétablies.

Une autre source a déclaré que la cour suprême avait ensuite confirmé ce verdict et qu’un médecin légiste avait déterminé que les garçons avaient atteint la maturité de développement nécessaire pour comprendre la nature de leurs crimes.

« Il n’y a aucune justification pour exécuter des enfants », a déclaré Michael Page, directeur adjoint de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient. « Les autorités iraniennes ont transporté Mehdi Sohrabifar et Amin Sedaghat directement d’un établissement pour mineurs à la potence ».

Le département d’Etat américain a déclaré qu’il était « consterné » par les rapports, qui étaient malheureusement « compatibles avec le très mauvais bilan de l’Iran en matière de droits humains ».

 

Nouvelles associées