Publié le : 7th décembre 2019

pasdarans tuent les iraniens avec mitrailleuse lourde iranCSDHI – « Dès le début, les pasdarans avaient l’intention d’ouvrir le feu et de tuer. Ils ont prévenu qu’ils le feraient à moins que nous évacuions la zone. Personne n’y a prêté attention. Nous pensions que, comme la police, ils ne faisaient que bluffer. Nous ne pouvions pas croire qu’ils attaqueraient des gens avec une mitrailleuse lourde.

Mais ils l’ont vraiment fait. Ils ont compté jusqu’à trois et ils ont ouvert le feu. Quand la fusillade a commencé, les gens ont fui. Certains se sont enfuis dans la ville de Jarahi [Chamran] et certains ont cherché refuge dans le marais, mais la mitrailleuse lourde des pasdarans visait également le marais. Plusieurs personnes ont été tuées à ce moment-là. Certains sont morts dans le marais. Quelques personnes qui se trouvaient sur les balcons de leur maison dans la rue Eghbal à Jarahi derrière le marais ont été blessées et apparemment l’une d’elles a été tuée. »

Cette déposition d’un témoin oculaire jette un peu de lumière sur la répression brutale qui, jusqu’à ces derniers jours, restait largement masquée de l’attention mondiale en raison d’une coupure d’Internet, mise en œuvre à cause des manifestations à l’échelle nationale, le 16 novembre, déclenchées par l’augmentation des prix du carburant.

La ville portuaire de Mahshahr, ou Ma’shour comme l’appellent les Arabes iraniens, est une ville de près de 300 000 habitants et elle se situe au centre de l’industrie pétrochimique iranienne. Mais maintenant, Mahshahr fait les manchettes non pas à cause de la pétrochimie, mais à cause des événements sanglants qui se sont produits là-bas après la coupure des communications par le gouvernement en Iran.

Omid, le pseudonyme d’un habitant du district de Mamku près de la ville de Jarahi où vivent des employés de l’industrie pétrochimique, a été l’un des premiers habitants de Mahshahr avec qui IranWire a pu parler. Omid rapporte que la nouvelle du déploiement de matériel militaire lourd dans les deux villes de Jarahi et Taleghani est exacte : « Ils ont fouillé la zone à l’aide de drones. Des porte-troupes et des Toyotas équipés de mitrailleuses lourdes ont été déployés dans la région. Et c’est avec ces mitrailleuses et ces drones armés que les pasdarans ont tiré sur les gens et les manifestants. »

Omid déclare que ses propres observations sont étayées par ce qu’il a entendu d’amis et d’autres personnes qu’il connaît. « Sur la place Madar, avant l’entrée dans Jarahi, les gardes ont tiré sur des personnes et même sur des blessés qui se rendaient à l’hôpital de Naft. J’ai même entendu qu’un enfant qui jouait dans le parc Jarahi a été abattu. »

Peur de parler au téléphone

La déconnexion totale d’Internet dans la soirée du 16 novembre a rendu presque impossible pour les Iraniens à l’intérieur du pays, y compris les habitants de Mahshahr et de la province élargie du Khouzistan, de dire aux gens à l’extérieur du pays ce qui se passait en Iran. Dans les jours qui ont suivi, les connexions téléphoniques sont également devenues peu fiables – et même lorsque les gens pouvaient passer des appels, ils avaient peur de dire autre chose que d’échanger des plaisanteries.

Mais avant même qu’internet ne soit coupé, diverses informations avaient fait état de la répression violente des manifestants au Khouzistan. Selon Amnesty International, le 19 novembre, au moins 14 personnes ont été tuées à Mahshahr ; IranWire a publié les noms de 10 personnes décédées lors de ces manifestations.

Le 17 novembre, alors qu’Internet était toujours en panne, Gholamreza Shariati, le gouverneur de la province du Khouzistan, a déclaré que « grâce aux forces militaires et aux forces de l’ordre, les troubles sont terminés et la paix est revenue dans la province.»

Mais le lendemain, le 18 novembre, des informations suggèrent qu’un policier a été tué lors de nouveaux affrontements à Mahshahr. Et alors que ce soir-là, le gouverneur de Mahshahr, Mohsen Biranvand, a affirmé que les troubles dans la ville étaient terminés, il a également refusé d’indiquer le nombre de victimes et a déclaré qu’il partagerait ces informations plus tard.

Dans une interview diffusée à la télévision nationale, le 26 novembre, le ministre de l’intérieur Abdolreza Rahmani Fazli, a déclaré que les manifestations, ou « troubles » comme il les appelait, avaient été graves et, à titre d’exemple, a souligné que les manifestants avaient bloqué la route entre Mahshahr et Bandar Imam pendant trois jours. Selon le ministre de l’Intérieur, des manifestants sont descendus dans la rue dans environ 18 villes du Khouzistan.

Les manifestations ont également provoqué une rare explosion de colère sur le parvis du Majlis, ou parlement, dirigée contre le président Hassan Rouhani.

« Qu’avez-vous fait que le salaud de Shah n’a pas fait ? », a crié Mohammad Golmoradi, le député de Mahshahr, avant d’être accosté et retenu par d’autres députés.

Certains observateurs ont conclu que Golmoradi connaissait l’étendue de la violence contre les manifestants à Mahshahr mais qu’il ne pouvait pas en parler ouvertement au Parlement. Mais le 30 novembre, le même Golmoradi a nié la possibilité d’un massacre dans le marais de Jarahi.

Le même jour, lors d’une conférence de presse, le ministre adjoint de l’intérieur, Jamal Orf, a déclaré que les informations faisant état du nombre de personnes tuées étaient « exagérées » par les médias étrangers et Amnesty International. Il a ajouté que le procureur général de l’Iran communiquerait « bientôt » les vrais chiffres.

Nouvelle carte de la répression violente émergente

Les informations – les témoignages oculaires, les statistiques vérifiées de diverses parties du pays, ainsi que les photographies et les noms des morts – qui sont lentement révélées créent une nouvelle carte horrible de la répression violente des manifestants à travers l’Iran. Mahshahr a été l’une des dernières villes iraniennes à être reconnectée à Internet. Les informations émanant de cette ville portuaire confirment désormais les informations éparses reçues par IranWire lors de la coupure d’Internet.

Omid, pseudonyme de l’habitant de Mamku près de Jaragi, a déclaré à IranWire que le ministre de l’intérieur avait raison lorsqu’il a déclaré que les manifestants avaient bloqué pendant trois jours plusieurs routes importantes du Khouzistan. Mais Omid insiste sur le fait que les manifestants ne faisaient de mal à personne et souhaitaient seulement que leur voix soit entendue.

« La majorité des manifestants venaient de banlieues extrêmement pauvres de Mahshahr », a déclaré Omid. « Ils protestaient contre la pauvreté, les inégalités et le chômage. Et ils le font encore. Bien sûr, en bloquant les routes, les voies de circulation pour les entreprises étaient presque au point mort, les véhicules des habitants ne pouvaient pas circuler et les entreprises pétrochimiques avaient cessé de fonctionner. Mais le blocage des routes n’est-il pas une forme pacifique de protestation ? »

Des informations reçues par IranWire indiquent que les manifestants à Mahshahr avaient bloqué trois routes principales – entre la ville de Sarbandar (Khor Musa) et les ports de Mahshahr et Bandar Imam, entre Jarahi et Mahshahr, et la route d’Ahwaz entre Mahshahr et Bandar Imam.

IranWire s’est également entretenu avec M. Javanmir (pseudo aussi), un habitant de Sarbandar. Selon lui, les manifestations dans le comté de Mahshahr, y compris à Sarbandar, ont commencé le vendredi 15 novembre, le jour même de l’annonce de la hausse du prix de l’essence.

Selon Javanmir, au cours des trois jours suivants, il y a eu des affrontements sporadiques entre la police et les manifestants qui avaient bloqué la route. La police a tiré sur des personnes pour les disperser et plusieurs manifestants ont été blessés.

Il a dit que la nuit, des coups de feu pouvaient être entendus. La situation a changé lorsque les pasdarans sont arrivés. « La police ne pouvait pas faire face aux gens », m’a-t-il dit. « Toutes les routes étaient bloquées et le mieux que la police pouvait faire, était de protéger son propre poste. Mais le troisième jour, les forces du 3e district des Marines des pasdarans sont arrivées, avec des Toyotas blancs équipés de mitrailleuses lourdes et de porte-troupes. Il y a une colline de sel qui surplombe le poste de police de Sarbandar. La colline a été construite à partir d’eau de mer à des fins industrielles. Les tireurs d’élite des pasdarans ont escaladé le monticule de sel par derrière et ont pris position sur le sommet. Ils ont pris des personnes pour cible et tiraient pour tuer. Au moins six personnes y ont été tuées. »

Javanmir déclare que les pasdarans se sont comportés « sauvagement ». Ils se sont déplacés dans la nuit du lundi 18 novembre, ils ont tiré au hasard sur des gens pour les terroriser. « Par exemple, cette nuit-là, ils ont tiré et blessé un vendeur de rue qui vendait des dattes, du nom de Reza Asakereh, dans le bazar de Sadoughi à Sarbandar », a-t-il déclaré. « Ils l’ont emmené à la clinique Hajieh Narges, mais ils n’ont pas pu le sauver et il est mort. Quand on lui a tiré dessus, il était debout, occupé à emballer sa marchandise et il a été victime de la sauvagerie de ces forces. »

Javanmir dit qu’au moins cinq autres personnes ont été tuées par les tireurs d’élite des Gardiens de la révolution (les pasdarans) stationnés au sommet du monticule de sel. « L’un d’eux était Farshad Hajipour, un Bakhtiari de Lordegan [dans le Chaharmahal et la province de Bakhtiari], un ouvrier qui travaillait pour une entreprise pétrochimique. Le deuxième était Mansour Daris-Jom’eh, 33 ans, décédé à l’hôpital le mardi 24 novembre. Sa famille a dû l’enterrer la nuit. »

javanmir tué iranCarte d’identité appartenant à Farshad Hajipour, un employé d’Arvand Petrochemical Company qui a été tué par les tireurs d’élite des Gardiens de la révolution à l’intersection de Sarbandar

Mais le cas d’Ahad Bashara Doroughi, un jeune homme de 22 ans qui a été tué le même jour, est encore plus déchirant. « Ahad travaillait pour un atelier de panneaux de fibres à densité moyenne près du poste de police de l’autoroute », a déclaré Javanmir. « Il a reçu une balle dans le bas du dos et, en tombant, sa tête a frappé le trottoir et il a été gravement blessé. Les parents d’Ahad sont morts et il était le soutien d’une famille de trois personnes et le tuteur de ses deux sœurs. Mais j’ai des informations fiables selon lesquelles ces personnes abominables ont facturé à la famille 35 millions de tomans [plus de 2700 €] pour leur livrer le corps. Un oncle d’Ahad qui est mieux loti a réussi à réunir l’argent. »

Javanmir dit que l’une des choses les plus douloureuses est que les familles des morts demandent souvent à l’hôpital et Ahad Bashara Doroughi tué iranau médecin légiste d’enregistrer la cause du décès sur le certificat de décès comme étant un « accident » pour échapper au fait d’avoir à payer ce qu’on appelle la « balle d’argent ».

« Ces familles sont très pauvres et n’ont pas les moyens de payer de grosses sommes pour obtenir le corps », a-t-il déclaré. « Mais il est très important pour eux d’enterrer eux-mêmes leurs proches afin qu’ils fassent pression sur les médecins pour qu’ils n’enregistrent pas la cause du décès comme ayant été abattu. »

Violence dans la banlieue de Taleghani à Ramhormoz

Taleghani est une banlieue de la ville de Ramhormoz, dans le Khouzistan, et sa population principale est composée de très pauvres marginaux, principalement des Arabes. Le matin du vendredi 15 novembre, des jeunes manifestants ont occupé des stations-service et empêché les voitures de faire le plein. Par le biais d’un intermédiaire, IranWire a pu contacter l’un des manifestants blessés, qui s’est réfugié dans une autre ville. Nous l’appellerons « Hamad ». Selon Hamad, il n’a incendié aucun bâtiment ni propriété publique, et les manifestants n’ont fait de mal à personne. « Nous voulions juste protester », a-t-il dit. « Empêcher la vente de carburant à de nouveaux prix était une protestation contre la nouvelle politique. »

Le vendredi soir, ces jeunes manifestants se sont joints à d’autres à Mahshahr et dans sa banlieue et ont bloqué les routes autour de la ville.

Les manifestations ont été largement pacifiques et sans affrontements pendant les premiers jours, mais la situation a changé, le lundi 18 novembre, après que les manifestants aient appris la nouvelle d’une violente répression à Jarahi et le meurtre de personnes qui s’étaient réfugiées dans les marais.

Le district de Taleghani couvre une superficie de 16 000 kilomètres carrés et près de 50 000 personnes vivent dans cette petite zone », a déclaré Hamad. « Il était 17 heures, lundi [18 novembre] lorsque l’attaque des forces de sécurité contre le quartier a commencé. Ils sont arrivés avec des mitrailleuses lourdes et des porte-troupes blindés et nous ont progressivement repoussés dans la ville en nous tirant dessus, en nous blessant et en nous tuant … »

Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 2 heures du matin mardi, puis se sont arrêtés pour une raison inconnue, pour recommencer mardi matin. « Vers 10 heures du matin, les tireurs d’élite étaient stationnés au sommet d’un grand bâtiment et chassaient des gens », a-t-il déclaré. « J’ai été blessé par une balle de sniper. Ils tiraient de loin et il semble que ce soit la raison pour laquelle les coups de feu n’étaient pas mortels. Mais les snipers ont tué un jeune garçon du nom de Danial. »

Entre-temps, les drones survolaient la ville pour nous surveiller et Hamad a été témoin d’une autre mort. « L’un des gars est monté au sommet d’une voiture pour voir ce qui se passait et il a été abattu par un tir de sniper », a-t-il dit. « C’était la deuxième personne que j’ai vu mourir devant mes yeux ».

Des étrangers amenés pour tuer des Iraniens

Un peu plus tard, des porte-troupes sont entrés dans la ville, suivis de soldats à pied. « Leurs accents arabes et leur apparence montrait qu’ils n’étaient pas iraniens », a expliqué Hamed. « Quelques centaines d’entre eux appartenaient à la Brigade de Fatemiyoun [les Afghans dirigés par l’Iran qui combattent en Syrie du côté de Bachar el-Assad], des Forces de mobilisation populaire [irakienne] et du Hezbollah [libanais]. Il y avait peut-être 40 à 50 gardes révolutionnaires iraniens. »

Une autre personne avec qui IranWire s’est entretenue a confirmé que les non-Iraniens étaient impliqués, contribuant à réprimer les manifestations de Mahshahr.

Hamad a dit que le tir aveugle de mitrailleuses a duré quelques heures. « Le but était de terroriser », a-t-il dit. « Vous pouvez toujours voir les balles logées dans les murs de nombreux bâtiments. Même certains des tuyaux d’huile, qui sont très épais, ont été endommagés par des tirs de mitrailleuses. »

Selon Hamad, le même jour, des affrontements au sujet des arrestations ont commencé. Les autorités ont rempli trois gros bus avec les hommes de la ville et les ont emmenés. « Ce sont les Bassijis locaux qui ont guidé les arrestations et ils prenaient les gens sans faire de distinction », a-t-il déclaré. « Ils ont même arrêté des personnes qui n’avaient pas participé aux manifestations. Seul Dieu sait ce qu’ils vont leur faire. »

Ces informations d’arrestations massives ont été confirmées par « Mahmoud », un autre habitant de Mahshahr qu’IranWire a interrogé. Citant un ami qui était à Taleghani, mardi, il dit qu’ils sont allés de maison en maison et ont arrêté des gens.

Hamid Sheikhani, architecte de 35 ans et père d’un enfant de sept ans, fait partie de ceux arrêtés à Taleghani.

Selon sa famille et ses amis, il a été arrêté alors qu’il se tenait sur le chemin d’un transporteur de troupes pour l’empêcher d’entrer dans la ville. Ils disent qu’il était en bonne santé et actif lors de son arrestation, mais le samedi 23 novembre, son corps sans vie a été remis à sa famille, qui a été informée par les autorités qu’il était décédé en prison des suites d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Une source a cependant déclaré à IranWire que lorsqu’ils préparaient le corps pour l’enterrement, ils ont trouvé un trou de balle sur le cou, ce qui signifie qu’il a été sommairement exécuté. Sa famille est restée silencieuse parce que la vie d’un des frères de Hamid avait été menacée.

Selon Hamad, les corps des cinq morts à Taleghani ont été rendus à leurs familles et ils ont été enterrés. Il dit qu’au moins 45 personnes ont été blessées et que « certains des blessés ont été arrêtés ou hospitalisés et, bien sûr, se sont cachés. Au total, plus de 60 ont été arrêtés. »

Source : IranWire, le 2 décembre 2019