Publié le : 16th janvier 2020

104ème femme exécutée iranCSDHI – Le régime d’Iran a procédé à la première exécution de femme de l’année 2020, la 104ème sous la présidence du présumé modéré Hassan Rouhani, a-t-on annoncé mardi.

La femme, identifiée uniquement par son prénom Sara M, a été exécutée la semaine dernière à la prison centrale de Mashhad, selon l’agence de presse officielle Rokna. Elle avait été envoyée en prison en 2016, âgée de 32 ans, et elle a passé trois ans dans le couloir de la mort. La date exacte de son exécution n’a pas été annoncée.

L’exécution de Sara M. porte à 104 le nombre total de femmes exécutées sous le mandat de Rouhani. Bien sûr, le régime iranien essaie souvent de cacher tout ce qui peut lui porter préjudice aux yeux de la communauté internationale, nous devons donc considérer que ce chiffre est un minimum. Même à partir des chiffres minimaux, l’Iran est le plus grand bourreau de femmes dans le monde.

En 2019, le régime iranien a exécuté 16 femmes, ce qui s’est produit en même temps que l’augmentation de la répression et des exécutions en Iran. En fait, six femmes ont été exécutées en seulement deux semaines en décembre, alors que le régime a eu du mal à réprimer les manifestations anti-régime à l’échelle nationale.

Ces femmes sont :

Somayyeh Shahbazi Jahrouii, exécutée le 4 décembre, prison Sepidar d’Ahwaz
Fatemeh Ghezel Safarlou, 26 ans, exécutée le 4 décembre à la prison Gohardasht de Karaj
Nargess o-Sadat Tabaii, exécutée le 4 décembre, également à la prison de Gohardasht
Maryam, exécutée le 8 décembre, prison centrale de Mashhad
Fatemeh R., exécutée le 9 décembre, prison de Gohardasht
Eshrat Nazari, exécutée le 18 décembre, prison de Gohardasht

Nazari a été accusée du meurtre de son mari et elle a été transférée de la prison Qarchak de Varamin à la prison Gohardasht la veille de son exécution.

L’histoire de Safarlou est la même. Elle a été inculpée du meurtre de son mari et initialement condamnée à trois ans de prison parce qu’il s’agissait apparemment d’un accident. (Dans d’autres parties du monde, elle aurait peut-être été accusée d’homicide involontaire.) Sa belle-famille a fait appel et elle a été condamnée à mort.

Tabaii a également été accusé de meurtre et elle était en prison depuis sept ans.

Le régime iranien ne classe pas les meurtres délibérés en fonction de leurs degrés, ce qui signifie que toute personne qui commet un meurtre est condamnée à mort, quel que soit son motif. De nombreuses femmes reconnues coupables de meurtre en Iran ont été victimes de violences, en particulier de violences domestiques, et agissaient en état de légitime défense ou pour défendre leurs enfants.

Le Comité des femmes du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a écrit : « Les procès et les peines prononcés sont extrêmement injustes. De nombreuses femmes attendent actuellement d’être exécutées en prison… Ces femmes sont pour la plupart des mères et ont plusieurs enfants. »

Source : Stop au Fondamentalisme

Nouvelles associées