Publié le : 26th juin 2020

kurde CSDHI – La famille d’un dissident kurde iranien, prisonnier politique en Iran, dit avoir obtenu son certificat de décès après son exécution effectuée apparemment secrètement par le régime des mollahs, le mois dernier, mais elle ignore toujours où se trouve sa tombe à cause du refus du gouvernement de divulguer ce qu’il a fait de sa dépouille

Farhad Abdollahpour a déclaré à VOA Persian qu’il avait obtenu le certificat de décès de son frère Hedayat mercredi et en a partagé une image. Le document semble avoir été délivré par des responsables du ministère iranien de l’intérieur dans la ville à prédominance kurde d’Oshnavieh, dans le nord-ouest du pays, où Hedayat Abdollahpour avait vécu et travaillé comme réparateur de voitures.

Une note manuscrite en bas de page indique que l’Organisation nationale de l’enregistrement des faits d’état civil, une branche du ministère de l’intérieur, a délivré le certificat de décès à la demande du père du dissident, Abubakar Abdollahpour.

VOA n’a pas pu confirmer de manière indépendante l’authenticité du document. Il n’en a pas été fait mention dans les médias officiels iraniens.

Le certificat indique que Hedayat Abdollahpour est mort des suites de l’impact d’un « objet dur ou pointu » sur son corps. Il précise que le lieu du décès est la ville d’Oroumieh, au nord d’Oshnavieh, et que la date du décès est le 11 mai.

Abdollahpour était dans le couloir de la mort dans une prison d’Oroumieh depuis 2017. Il avait été arrêté à Oshnavieh en août 2016 pour sa participation présumée à une bagarre locale entre les pasdarans et les rebelles du Parti démocratique kurde d’Iran (PDKI) le 14 juin de la même année.

Condamnation à mort en 2017

Le dissident kurde a été accusé d’être un membre du KDPI et condamné à mort en 2017 après ce que l’organisation britannique Amnesty International (AI) a qualifié de procès « manifestement inéquitable ». Amnesty International et la famille d’Abdollahpour ont déclaré qu’il avait toujours nié toute implication dans le KDPI ou dans sa lutte de 2016 contre les pasdarans. Ils ont également déclaré qu’il avait perdu l’ouïe d’une oreille à cause d’apparentes tortures après son arrestation et qu’il s’était rétracté au tribunal après avoir fait des aveux sous la contrainte.

Avant d’obtenir le certificat de décès, Farhad Abdollahpour, qui est basé au Kurdistan irakien, avait dit à VOA la semaine dernière que son père avait reçu un appel téléphonique le 10 juin d’un responsable qui affirmait que Hedayat avait été exécuté le 21 mai ou aux alentours de cette date à Oshnavieh.

Farhad Abdollahpour avait déclaré que le responsable avait dit que Hedayat avait été transféré à Oshnavieh depuis la prison d’Oroumieh, qui l’avait fait sortir de l’établissement plus tôt en mai. Il a ajouté que l’interlocuteur avait également dit à son père que l’exécution s’était produite en présence de parents des soldats du Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) tués lors de la bataille de 2016 contre le KDPI.

Il n’y a pas eu d’explication immédiate à la différence entre le récit précédent de l’apparente exécution de Hedayat Abdollahpour à Oshnavieh et le certificat de décès récemment publié indiquant que le lieu du décès est Oroumieh.

Objets durs ou tranchants

Dans son dernier message à VOA, Farhad Abdollahpour a déclaré que la description dans le certificat de décès d’ « objets durs ou tranchants » frappant le corps de son frère a conduit la famille à conclure que Hedayat a été exécuté par un peloton d’exécution. L’utilisation de cette forme de peine capitale contre des civils en Iran a été rare ces dernières décennies. La pendaison est la méthode la plus courante utilisée par le gouvernement iranien pour mettre en œuvre la peine de mort.

Hossein Ahmadiniaz, un avocat iranien qui a représenté Hedayat Abdollahpour et qui vit en exil aux Pays-Bas depuis 2018, a déclaré à VOA Persian qu’il partageait l’évaluation de la famille sur la façon dont le dissident a été tué. Il a déclaré que lui et deux autres avocats basés en Iran qui ont travaillé avec lui sur l’affaire ont accepté le certificat de décès comme preuve légale que les autorités ont mis en œuvre la condamnation à mort de leur client.

Mais, s’adressant à VOA mercredi, Ahmadiniaz a déclaré que la justice iranienne n’avait toujours pas envoyé de notification officielle de l’exécution à ses collègues Maziar Tataei et Osman Mazayyan, plus d’un mois après avoir apparemment pris des mesures contre leur client.

La loi iranienne exige que le gouvernement notifie aux avocats l’exécution prévue de leur client 48 heures à l’avance et qu’il accorde aux membres de la famille le droit de rendre visite une dernière fois à leur parent condamné. Il semble que les autorités iraniennes ne l’aient pas fait dans le cas de Hedayat Abdollahpour.

« Le lieu de sa tombe est toujours inconnu et sa famille n’a pas encore pu voir le corps », a déclaré M. Ahmadiniaz. « Le système judiciaire iranien est responsable de ce comportement illégal. »

En signe de l’angoisse de la famille d’Abdollahpour, son père a envoyé un message vocal au groupe Iran Human Rights basé à Oslo le 15 juin, demandant au chef de la justice iranienne Ebrahim Raisi des informations sur le dissident.

« Honte à vous. Si vous avez exécuté mon enfant, rendez-lui son corps. Mettez l’Islam de côté et soyez humain », avait déclaré Abubakar Abdollahpour à l’époque.

Source : VOA

Nouvelles associées