Publié le : 6th août 2020

Mostafa Salehi iranCSDHI – Le régime iranien a pendu Mostafa Salehi, un prisonnier politique, à l’aube du mercredi 5 août dans le centre de l’Iran.

L’agence de presse officielle du pouvoir judiciaire iranien a annoncé que Mostafa Salehi, un jeune homme arrêté pour avoir participé à des manifestations fin 2017 et début 2018, a été pendu à l’aube aujourd’hui dans une prison d’Ispahan, dans le centre de l’Iran.

Mostafa Salehi était l’un des manifestants arrêtés lors des manifestations nationales de 2017-2018 dans la ville de Kahrizsang, dans la province d’Isfahan.

Il a été jugé par la première section du tribunal pénal d’Ispahan et il a été accusé d’avoir tué un membre des Gardiens de la Révolution avec un fusil de chasse pendant les manifestations et d’avoir battu et blessé six autres personnes, a rapporté l’agence de presse Mizan du pouvoir judiciaire.

« Mostafa Salehi, qui avait assassiné Sajad Shahsanayi d’une balle pendant les émeutes de (décembre 2017-janvier 2018), a été exécuté ce matin à la demande de la famille de la victime », a déclaré Mizan.

La déclaration du pouvoir judiciaire annonçant son exécution ne révèle aucun détail, à l’exception des charges retenues contre lui.

Salehi avait constamment nié les accusations portées contre lui selon lesquelles il aurait tué un membre des forces du Bassidj des pasdarans du régime.

Selon une source proche de Mostafa Salehi, l’ouvrier du bâtiment de 30 ans a d’abord été innocenté des charges retenues contre lui au tribunal et on lui a dit qu’il serait libéré, mais l’affaire a été rouverte sous la pression du service du renseignement des pasdarans.

« Il est innocent, il a été forcé d’avouer devant la caméra contre lui-même, il n’a pas plaidé coupable au tribunal, il n’y avait pas de preuve. Ils l’ont exécuté à la demande de la famille de Shahsanayi », a déclaré la personne non identifiée.

La nouvelle de l’exécution de Salehi fait suite à des informations indiquant que la Cour suprême iranienne avait confirmé la condamnation à mort de cinq autres hommes à Ispahan, arrêtés par les forces de sécurité lors des manifestations de 2017-2018.

Mehdi Salehi Ghale Shahrokhi, Mohammad Bastami, Majid Nazari Kondori, Hadi Kiani et Abbas Mohammadi ont chacun reçu deux condamnations à mort pour « guerre contre Dieu » et « baghi » (prendre les armes contre le gouvernement).

Selon l’acte d’accusation émis par le tribunal révolutionnaire d’Ispahan, les cinq manifestants iraniens ont été accusés de « Baghi par des efforts et des activités efficaces pour faire avancer les objectifs des émeutiers », de « faire la guerre à Dieu par l’utilisation d’armes à feu et l’intention de perturber la sécurité et de tirer sur les autorités » et de « corruption sur terre en perturbant la sécurité publique et en amenant les émeutiers à perturber l’ordre et la sécurité publics et à troubler l’opinion publique. »

Les cinq hommes, tous âgés d’une vingtaine d’années, ont déclaré au tribunal qu’ils avaient été torturés pour faire des aveux.

Manifestations de décembre 2017 – janvier 2018

Les protestations qui ont commencé dans la deuxième ville d’Iran, Mashhad, ont d’abord été déclenchées par la colère contre les griefs économiques, la flambée du coût de la vie et la corruption officielle, mais elles ont rapidement pris de l’ampleur dans d’autres villes, dont Téhéran, les manifestants appelant au renversement du régime.

Selon les groupes de défense des droits humains, une quarantaine de manifestants ont été tués et au moins 10 000 personnes ont été arrêtées.

Source : Iran HRM