Publié le : 14th septembre 2020

 

amnesty international

Le lutteur iranien pendu par les mollahs

Amnesty International – L’organisation non gouvernementale de défense des droits humains, a publié le 12 septembre dernier un communiqué condamnant sans retenue l’exécution de Navid Afkari. Voici sa traduction intégrale.

Procès grossièrement inéquitable

« L’exécution secrète ce matin du champion de lutte Navid Afkari, sans avis préalable, à lui, à sa famille ou à son avocat, après un procès grossièrement inéquitable, est une horrible parodie de justice qui nécessite une action internationale immédiate.

« Navid Afkari était un jeune homme qui avait un avenir prometteur devant lui. L’exécution de sa peine de mort, avec un tel mépris des principes fondamentaux de la justice démontre encore une fois la cruauté de la peine de mort. Une série de juges de différents tribunaux ont utilisé des « aveux » obtenus sous la torture pour le condamner. Ils n’ont jamais enquêté sur ses plaintes de torture. »  Ainsi s’est exprimé Diana Eltahawy, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Violations des droits humains

Avant son exécution secrète, Navid Afkari, 27 ans, a été soumis à un catalogue choquant de violations des droits humains et de crimes, notamment de disparitions forcées, de torture et d’autres mauvais traitements entraînant des « aveux » obtenus sous la contrainte. Les autorités lui ont même refusé le droit d’avoir accès à un avocat et à d’autres garanties de procès équitable.

« Ce jeune homme a désespérément demandé de l’aide au tribunal pour bénéficier d’un procès équitable et prouver son innocence. La divulgation d’enregistrements de sa voix au tribunal montre de quelle façon ses appels aux juges pour qu’ils enquêtent sur ses plaintes de torture et convoquent un autre détenu, témoin de ses tortures, ont été illégalement et cruellement ignorés », a déclaré Diana Eltahawy.

Un enregistrement audio

Avant son exécution, un autre enregistrement vocal de l’intérieur de la prison a été diffusé, dans lequel il a déclaré : « Si je suis exécuté, je veux que vous sachiez qu’une personne innocente, même si elle a essayé et combattu de toutes ses forces pour être entendue, a été pendue. »

« Étant donné l’impunité qui prévaut en Iran, nous demandons instamment à la communauté internationale, y compris aux organes des Nations unies chargés des droits humains et aux États membres de l’UE, de prendre des mesures énergiques par des interventions publiques et privées », a déclaré Diana Eltahawy.

« Nous déplorons le recours répété des autorités iraniennes à la peine de mort, qui lui a valu le statut honteux de figurer constamment parmi les bourreaux les plus prolifiques du monde. Rien ne justifie la peine de mort, qui est le châtiment cruel, inhumain et dégradant ultime, et nous demandons instamment aux autorités iraniennes de l’abolir. »

Nouvelles associées