Publié le : 29th décembre 2020

femme exécutée iranCSDHI – Le régime iranien vient de commettre un autre crime inhumain. Il a exécuté une autre femme à l’approche de 2021.

22 800 euros à payer pour ne pas mourir

La lutte de sa famille pour payer 22 800 € de prix du sang a échoué au dernier moment.

Le 27 décembre, les autorités iraniennes ont exécuté Zeinab Khodamoradi, 43 ans, à la prison centrale de Sanandaj (province du Kurdistan, ouest de l’Iran). Selon les militants des droits humains, elle était originaire du comté de Qorveh.

L’association de défense des droits humains No to Prison – No to Execution a rapporté que les SSF ont arrêté Zeinab Khodamoradi pour le meurtre de ses enfants le 31 août 2015 – ce qui signifie qu’elle a passé plus de cinq ans dans le couloir de la mort.

Mentalement instable, elle a mis fin à la vie de ses enfants avant de tenter de se suicider

« Compte tenu de la pression exercée par son mari et alors qu’elle était mentalement déséquilibrée, cette femme a tué son fils Mohammad Javad, âgé de 12 jours, et la fille de son mari, âgée de sept ans, Hadis », ont déclaré les défenseurs des droits humains.

Zeinab Khodamoradi a ensuite tenté de se suicider, mais au dernier moment, elle a échoué, selon « Non à la prison – Non à l’exécution. » Avant de commettre ce crime, elle avait écrit sur son pied que « à cause de mon mari, de sa mère et de sa sœur, je mets fin à ma vie et à celle de mes enfants ».

En octobre, les autorités l’ont transférée en isolement pour exécuter la peine de mort. Cependant, la famille de son mari avait accepté de révoquer la peine de mort en échange de 7 milliards de rials [22 800 €] en tant que Dieh [prix du sang dans la constitution de la République islamique].

Elle est morte car elle n’avait pas l’argent du prix du sang

Finalement, cette malheureuse femme n’a pas pu fournir cette importante somme d’argent avant la date limite fixée.

Selon les déclarations officielles, l’Iran est le pays qui compte le plus grand nombre d’exécutions par habitant. Cependant, il exécute secrètement environ 77 % des peines de mort, selon les militants de l’opposition. Il n’y a pas de chiffre précis du nombre de victimes. Le gouvernement et le pouvoir judiciaire refusent d’annoncer les statistiques réelles. Mais parfois, des groupes ou des militants des droits humains les divulguent.

D’autre part, le gouvernement exerce une pression supplémentaire sur les minorités ethniques et religieuses dans la région kurde, à l’ouest de l’Iran, et dans la province du Sistan-Baloutchistan, au sud-est du pays. Simultanément, les femmes et les jeunes filles subissent davantage de pressions en raison des idées dépassées des ayatollahs. A titre d’illustrations, leurs témoignages, leurs droits patrimoniaux, etc. sont systématiquement considérés comme deux fois moins importants que ceux d’un homme.

À cet égard, le nombre de suicides est sensiblement élevé chez les femmes et les filles dans ces régions. Selon les organismes mondiaux, les femmes iraniennes sont les recordwomen des tentatives de suicide au Moyen-Orient. Elles arrivent malheureusement à leur fin dans de nombreux cas. Ce triste record est principalement dû à la pression économique, qui conduit les familles à marier leurs filles mineures.

En outre, le gouvernement iranien a exécuté au moins 8 femmes en 2020, ce qui porte à 256 le nombre total de peines de mort appliquées. Les autorités ont appliqué la peine de mort de Zeinab Khodamoradi. Pourtant, de nombreux internautes avaient appelé les autorités à épargner la vie des prisonniers lors d’une campagne sur Twitter avec le hashtag #StopExecutionsInIran, le 27 décembre.

Source : INU

 

Nouvelles associées