Publié le : 2nd mars 2021
Behnam-Mahjoubi

Behnam Mahjoubi et son meurtrier

CSDHI – Behnam Mahjoubi, un Iranien Derviche, a été enterré dans le village de Hojjatabad à Kerman le 22 février. Il était tombé dans le coma le 13 février. Au même moment, la nouvelle de sa mort s’est propagée. Cependant, les autorités de la prison l’ont démentie. Il a survécu quelques jours sous assistance respiratoire. Finalement, les autorités iraniennes ont annoncé sa mort le 21 février.

Behnam Mahjoubi s’est présenté à la prison d’Evine le 19 juin. La justice l’avait déjà condamné à deux ans de prison lors d’une manifestation des Derviches Gonabadi au Golestan. Dès son arrivée en prison, il a montré le certificat de son médecin aux autorités judiciaires. Mais celles-ci ne l’ont jamais pris au sérieux.

Dès le départ, Behnam Mahjoubi n’aurait pas dû aller en prison

Behnam a fait de nombreuses crises dès le début de son emprisonnement. Il l’avait souligné à maintes reprises. Il avait écrit plusieurs fois aux autorités judiciaires et pénitentiaires à ce sujet. Sa femme avait d’ailleurs écrit plusieurs lettres ouvertes demandant aux autorités de donner à Behnam ses médicaments. Pourtant, personne ne l’a écoutée.

Behnam était un excellent étudiant à l’université de Kerman en 2009. Il avait également perdu son emploi après les manifestations du Golestan à cette époque. La condamnation à deux ans de prison avait affecté toute sa vie. Après son entrée en prison, le problème des médicaments et des traitements a aggravé ses douleurs.

Le traitement médical des prisonniers est un sujet complexe en Iran. Mais celui des prisonniers politiques et des prisonniers de conscience est encore plus compliqué. L’avis d’un médecin et même d’un médecin légiste est efficace et applicable si le procureur en charge de la prison l’approuve pour les prisonniers politiques. A Evine, ce procureur qui supervise la prison est une personne qui se nomme, Amin Vaziri.

Le procureur est propriétaire de la vie des prisonniers

Même si un médecin légiste confirme qu’un prisonnier est incapable de purger une peine en raison d’une maladie, c’est le procureur de la prison qui détermine la vie du prisonnier. C’est ce qui est arrivé à Behnam Mahjoubi. Amin Vaziri a joué avec sa vie. Il a finalement causé sa mort. Amin Vaziri fait actuellement la même chose avec Mme Fatemeh Mosanna.

En septembre 2020, le médecin de Behnam Mahjoubi a délivré un autre certificat. Tout en lui prescrivant ses médicaments, il a réaffirmé que le prisonnier ne supportait pas l’emprisonnement. Le même médecin avait souligné à la famille de Behnam que l’utilisation de tout autre médicament pouvait entraîner une incompatibilité médicamenteuse. Cela pouvait aussi entraîner un empoisonnement. Mais comment ont réagi les autorités judiciaires, Amin Vaziri et les autorités pénitentiaires ?

Au lieu de le soigner, ils l’ont emmené à Aminabad

Au lieu de suivre les conseils du médecin, ils ont emmené Behnam Mahjoubi à l’hôpital psychiatrique d’Aminabad. Là, on l’a doublement torturé. C’est là que Behnam a dit avoir « vu le déclin de l’humanité à Aminabad. »

Après des mois, le 31 janvier, la justice a décidé que Behnam pouvait reporter son emprisonnement. Pour cela, il lui fallait payer une caution de 200 millions de rials. Mais Behnam, qui n’avait pas d’argent, ne pouvait pas payer.

Il avait perdu son emploi après les « protestations du Golestan » et n’a pas pu rassembler cette somme.

Plus tard, on a dit que Behnam serait gracié et libéré le 10 février. Mais Behnam est tombé dans le coma à cause d’une négligence délibérée en l’emmenant chez le médecin le 13 février.

Les avocats des droits humains estiment que la mort de Behnam Mahjoubi est un « meurtre » et que sa famille peut le poursuivre. Mais dans quel système judiciaire ?

La mort de Behnam est un meurtre

Dans un tweet, l’avocat Babak Paknia a conseillé à la famille de Behnam Mahjoubi d’intenter une action en justice. « Les preuves disponibles montrent que, sur la base des règles de causalité, il est tout à fait possible d’intenter une action en justice. »

L’avocat Saeed Dehghan a également déclaré que des poursuites pourraient être engagées contre les auteurs de ces actes.

Hassan Ra’isi, un autre avocat, a imputé la mort de Behnam à la négligence délibérée des responsables de la prison, du pouvoir judiciaire et des responsables. En effet, « ils se sont opposés à sa libération, à sa mise en liberté et à son traitement. Puis, ils ont assisté à sa maladie et sa mort progressive. »

Amin Vaziri est le procureur adjoint et superviseur adjoint des prisonniers politiques. Son bureau est à Evine. Il serait sans aucun doute l’assassin de Behnam Mahjoubi, si un crime pouvait être déclaré conformément aux lois régies mentionnées par ces avocats.

Amin Vaziri, auteur de meurtres et de tortures

Ces dernières années, de nombreux prisonniers politiques se sont plaints d’Amin Vaziri. Il viole systématiquement les droits fondamentaux des prisonniers.

Malgré son jeune âge, Amin Vaziri a une longue histoire de violation des droits humains des prisonniers. Il est responsable de l’expulsion d’un grand nombre de prisonniers politiques. Alireza Shir Mohammad Ali, tué dans la prison du Grand Téhéran, en est un exemple.

Amin Vaziri, que les prisonniers politiques de Téhéran et de Karaj et leurs familles connaissent bien, a lui une longue histoire de torture et de harcèlement des prisonniers de conscience.

Gholamreza Ziaei, le directeur de la prison d’Evine, lui accorde toute sa confiance. Et ce couple meurtrier a envoyé à la mort de nombreux prisonniers politiques et de conscience.

Source : INU

Nouvelles associées