Publié le : 25th juin 2021

execution-iran

CSDHI – Le 28 juin, l’Iran a connu la 13e élection présidentielle depuis le début du règne des ayatollahs en 1979. Comme cela avait été prévu, le chef du pouvoir judiciaire Ebrahim Raïssi, le candidat favori du Guide suprême Ali Khamenei, a facilement remporté l’élection.

Raïssi est l’une des autorités judiciaires les plus notoires d’Iran. Il est impliqué dans d’énormes crimes, notamment des exécutions extrajudiciaires en 1988. À l’époque, il jouait un rôle de premier plan dans les « commissions de la mort » en tant que procureur adjoint de Téhéran.

Lui et d’autres membres des « commissions de la mort » dans différentes villes auraient envoyé plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart affiliés aux Mojahedin-e Khalq (MEK/OMPI), à la potence.

Pendant la campagne présidentielle de 2017, le président Hassan Rouhani a décrit Raïssi comme quelqu’un qui ne connaît que la prison et l’exécution. « Notre peuple va une fois de plus annoncer qu’il ne veut pas de ceux qui ne comprennent que l’exécution et la prison au cours des 38 dernières années », a déclaré Rouhani lors d’une campagne dans la ville de Hamedan en mai 2017.

Grâce à ses performances impitoyables, Khamenei a nommé Raïssi, chef du pouvoir judiciaire, le 7 mars 2019. Pendant son mandat de chef du pouvoir judiciaire, il a approuvé des centaines de condamnations à mort contre des prisonniers politiques, des femmes, des délinquants mineurs, des adeptes de la religion et des minorités ethniques, et des détenus ordinaires.

Exécution d’une personne pour homicide involontaire

Dimanche 20 juin à l’aube, les autorités iraniennes ont pendu Ramin Saadat Biglou, originaire de la ville de Zanjan, à la prison de Chubin Dar, dans la province de Qazvin. Il y a quatre ans, il s’était rendu aux forces de sécurité de l’État (SSF) pour homicide involontaire.

Selon Saadat Biglou, la victime devait 100 millions de rials [2 094 €]. L’histoire a commencé par une controverse verbale. « Je l’ai poussé contre un mur. J’ai vu que sa tête saignait, et quand il est mort. J’ai eu peur et je me suis enfui », a déclaré Saadat Biglou. Cependant, il s’est finalement rendu aux autorités après 24 heures.

Exécution d’un athlète

Par ailleurs, à l’aube du lundi 21 juin, les autorités ont mis en oeuvre la condamnation à mort de Habib Rezaei. Il était le gardien de but d’une équipe locale du comté de Salmas. Selon une source au fait de l’affaire, il a tué un citoyen lors d’un conflit personnel, il y a trois ans. La justice locale l’a immédiatement condamné à la peine de mort. La cour suprême a confirmé la décision, quelque temps plus tard.

Selon l’association de défense des droits humains No to Prison – No to Execution, les autorités iraniennes ont appliqué au moins 45 condamnations à mort au cours de la nouvelle année perse qui a débuté le 21 mars. Dans l’intervalle, les militants des droits de l’homme estiment que le gouvernement n’annonce pas le nombre réel de détenus exécutés. En effet, le pouvoir judiciaire et les médias d’Etat n’ont pas déclaré les exécutions susmentionnées.

Les forces de sécurité battent des citoyens, faisant un mort et un blessé grave aux soins intensifs

Par ailleurs, le mercredi 16 juin, les forces de sécurité du poste de police de Suran ont battu et torturé à mort le citoyen iranien baloutche Massoud Kahnagi Gongi. Une nuit auparavant, des habitants avaient arrêté Kahnagi Gongi et une autre personne. Ils étaient en train de voler une moto dans le village de Nasser-Abad.

D’autre part, le mardi 15 juin, les forces de sécurité ont battu et torturé Rezvan Blark, un citoyen iranien baloutche. En raison de l’intensité des coups, on l’a envoyé dans le service des soins intensifs de l’hôpital Imam Ali pendant deux jours. Selon la population locale, son état de santé était toujours critique après cinq jours.

Source : INU