Publié le : 2nd juillet 2021

prisonnier-execute-iran

CSDHI – Le régime iranien a exécuté le condamné à mort Mohammad Taher Soleimani sur des accusations liées à la drogue dans la prison de Mahabad.

Taher Soleimani pendu par le régime des mollahs

Selon les informations obtenues par Iran Human Rights, un homme est mort par pendaison à la prison de Mahabad ce matin. Il s’appelait Mohammad Taher Soleimani. La justice iranienne l’avait condamné à mort pour des accusations liées à la drogue.

S’adressant à IHR, une source informée a déclaré : « Les agents du régime ont arrêté Mohammad Taher Soleimani, début 2017. Un tribunal révolutionnaire l’a condamné à mort. Les autorités judiciaire devaient commuer cette condamnation à mort en une peine de prison à vie le jour de l’Aïd al-Adha. Mais, elles l’ont exécuté ce matin. »

Au moment de la rédaction de cet article, les médias nationaux ou les responsables en Iran n’ont pas annoncé son exécution.

Cela fait presque quatre ans que les autorités iraniennes ont ajouté un article à la loi anti-narcotique en 2017 pour limiter spécifiquement les condamnations à mort et offrir un degré général de sursis dans certains cas. Cependant, si les chiffres ont diminué cette année-là, la peine de mort est toujours utilisée dans les affaires liées à la drogue.

Selon le rapport annuel d’Iran Human Rights sur la peine de mort en Iran, le régime des mollahs a exécuté au moins 25 personnes pour des accusations liées à la drogue en 2020. Cependant, au moins 39 personnes sont mortes jusqu’à présent à cause d’accusations liées à la drogue en 2021.

Le 3 mai (https://iranhr.net/en/articles/4721/), l’IHR a publié un rapport sur la peine de mort au cours des quatre premiers mois de 2021. Il exprime son inquiétude face à l’augmentation significative du nombre d’exécutions liées à la drogue et continue de mettre en garde contre la poursuite de cette tendance.

Un prisonnier baloutche Azim Karimizayi exécuté sur la base d’accusations liées à la drogue

Le 30 juin, les autorités iraniennes ont exécuté le prisonnier baloutche Azim Karimizayi sur la base d’accusations liées à la drogue à la prison centrale de Mashhad. EN 2021, le régime a pendu au moins 40 prisonniers, dont une femme, sur la base d’accusations liées à la drogue dans les prisons iraniennes en 2021.