Publié le : 23rd juin 2016

pantheon5CSDHI – A l’appel du Comité de Soutien aux Droits de l’Homme en Iran, un rassemblement s’est tenu, le mercredi 22 janvier à Paris, contre la visite du ministre des Affaires étrangères du régime iranien en France.

Réunis sur la place du Panthéon au pied cet emblématique monument où reposent « les grands hommes, la patrie reconnaissante », les manifestants ont dénoncé les exécutions massives et arbitraires en Iran et la poursuite des ingérences du régime de Téhéran en Syrie.

Les représentants des organisations de défense des droits humains et de nombreux Iraniens – dont beaucoup de femmes – présents à ce rassemblement, ont vivement condamné la venue de Javad Zarif en France. Ils ont insisté sur le fait que ce ministre n’est que le représentant de la théocratie sanguinaire d’Ali Khamnei et ne représente en aucun cas les Iraniens.

pantheon6

Les participants ont dénoncé l’aggravation de la situation des droits humains même après l’accord nucléaire, ainsi que le rôle actif du régime iranien dans le conflit syrien.

Plusieurs intervenants et notamment le préfet honoraire Yves Bonnet, ancien directeur de la DST, Pierre Bercis, président des Nouveaux droits de l’Homme, Emmanuel Poilane directeur général de la Fondation France Liberté – Danielle Mitterrand, Ahmad Khatab, universitaire syrien et des membres du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) ont pris la parole.

Répétant que Zarif n’est pas le bienvenu en France, ces intervenants ont rappelé le nombre élevé des pendaisons, près de 2500, sous la présidence du « modéré » Hassan Rohani, et les récents châtiments cruels comme 99 coups de fouet à 35 jeunes qui fêtaient leurs diplômes ou les coups de fouet donnés à des ouvriers pour une manifestation syndicale.

Dans son communiqué final, le rassemblement se joint à l’appel récent de 270 eurodéputés exigeant que l’UE, dont la France, subordonne la poursuite des relations avec l’Iran à l’arrêt immédiat des pendaisons.

La communauté internationale est également sollicitée par des manifestants pour mettre un terme aux ingérences des gardiens de la révolution en Syrie.

pantheon4