Publié le : 19th septembre 2015

ImageTrente-six iraniens arrêtés au Camp d’Achraf en juillet, ont été transférés d'un poste de police sur une base aérienne militaire à Bagdad. Des craintes pour leur sécurité demeurent car ils sont actuellement détenus au secret et risquent des tortures ou autres mauvais traitements. En les maintenant en détention, les autorités irakiennes contreviennent à une ordonnance judiciaire demandant leur libération.

Amnesty International, 6 octobre – Le 1er octobre, 36 détenus iraniens ont été transférés d'un poste de police de la ville d'Al-Khalis, dans la province de Diyala, au nord de la capitale irakienne Bagdad, à la base aérienne militaire de Muthanna à Bagdad où ils sont détenus au secret. Les prisonniers ont été arrêtés les 28-29 juillet 2009, lorsque les forces de sécurité irakiennes ont eu recours à la force pour prendre le contrôle du camp d'Achraf, dans la province de Diyala, où séjournent 3400 membres de l'organisation Moudjahidine du Peuple d'Iran (OMPI), un groupe d'opposition iranien, depuis le milieu des années 1980. Les détenus sont en mauvaise santé et sont en grève de la faim depuis leur arrestation.

Le transfert des détenus d'Al-Khalis à Bagdad a eu lieu bien qu’un juge d'instruction d’Al-Khalis ait rendu un jugement à trois reprises disant qu’aucune charge ne pesait contre eux et a ordonné leur libération. La police d’Al-Khalis, cependant, a refusé de les libérer sans fournir de justification légale pour leur maintien en détention. Ils ont finalement été transférés par la force par l'armée irakienne.
 
Veuillez écrire immédiatement, en anglais, en arabe ou dans votre propre langue:
 
– Demander instamment aux autorités de libérer les 36 détenus iraniens suite aux décisions répétées du juge d'instruction les acquittant de toute charge;

– demandez aux autorités de protéger les détenus contre la torture ou d’autres mauvais traitements alors qu'ils sont toujours détenus au secret et s'assurent qu'ils recevront le traitement médical dont ils pourraient avoir besoin

 – appeler les autorités à ne pas renvoyer de force vers l'Iran ces 36 ou de toute autre résidents d'Achraf qui seraient exposés au risque de torture et à d’autres graves violations des droits humains là-bas.

Veuillez intervenir avant le 17 novembre 2009 ; via les adresses e-mail ci-dessous, lorsqu'ils sont disponibles, ainsi que par l'intermédiaire de l'ambassade d'Irak ou du représentant diplomatique de votre pays, en leur demandant de transmettre vos appels au
 
Premier Ministre
Nouri al-Maliki
Courrier électronique: [email protected] e-mail address is being protected from spam bots, you need JavaScript enabled to view it
Formule d'appel: Your Excellency,

Ministre de la Défense
Général Abdul Qadir al-Jasim'Ubaidi
Formule d'appel: Your Excellency,

Et des copies à:
Ministre des droits de l'homme
Wajdan Mikhail Salam
Courrier électronique: [email protected] e-mail address is being protected from spam bots, you need JavaScript enabled to view it
Formule d'appel: Your Excellency,
 

Further information on UA: 212/09 Index: MDE 14/032/2009     Issue Date: 06 October 2009

(Traduction de l'original en anglais, NDLR)