Publié le : 19th septembre 2015

Sample ImageRapport du 26 novembre 2010 du Secrétaire général présenté au Conseil de sécurité : La situation dans le camp Ashraf depuis le départ de la force des États-Unis le  2 juillet 2010 est préoccupante. Le Gouvernement iraquien a interdit, pour des raisons de sécurité, l’entrée dans le camp d’un certain nombre de fournitures telles que matériaux de construction, tuyaux en métal et matériel de plomberie, herbicides, insecticides et produits toxiques de lutte contre les ravageurs.

Rapport du 26 novembre 2010 du Secrétaire général présenté au Conseil de sécurité : La situation dans le camp Ashraf depuis le départ de la force des États-Unis le  2 juillet 2010 est préoccupante. Le Gouvernement iraquien a interdit, pour des raisons de sécurité, l’entrée dans le camp d’un certain nombre de fournitures telles que matériaux de construction, tuyaux en métal et matériel de plomberie, herbicides, insecticides et produits toxiques de lutte contre les ravageurs. Par ailleurs, un certain nombre de points de contrôle ont été mis en place dans le camp et de nouveaux haut-parleurs ont été installés à l’est et au sud du camp afin de diffuser des messages aux résidents. Les dirigeants du camp affirment que ces mesures sont destinées à renforcer les contrôles en vue de la réinstallation des personnes déplacées, ce à quoi ces dernières se sont toujours refusées. Les autorités iraquiennes ont déclaré que la situation dans le camp d’Ashraf ne pourra persister indéfiniment et qu’elles informeront la MANUI et le Comité international de la Croix-Rouge lorsque le moment sera venu d’en transférer les occupants. Plusieurs petits différends entre résidents et officiers iraquiens locaux auraient débouché sur des actes de violence en octobre, et certains résidents auraient été blessés. La MANUI a demandé aux deux parties de faire preuve de modération, de respecter les droits de l’homme et les normes humanitaires tout en respectant la législation iraquienne et en reconnaissant la souveraineté de l’Iraq s’agissant de l’adoption de nouvelles décisions, dans le respect des normes applicables du droit international.

Le rapport complet