Publié le : 19th septembre 2015

Active ImageCSDHI: Le Conseil national de la Résistance Iranienne (CNRI) a publié un communiqué sur une nouvelle attaque des forces irakiennes contre l’hôpital d’Achraf, affirmant que « Les forces irakiennes ont transformé tels les nazis l’hôpital d’Achraf en un lieu de persécution et de torture. »

Active ImageCSDHI: Le Conseil Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI) a publié un communiqué sur une nouvelle attaque des forces irakiennes contre l’hôpital d’Achraf, affirmant que « Les forces irakiennes ont transformé tels les nazis l’hôpital d’Achraf en un lieu de persécution et de torture. »

Le communiqué du CNRI:

Alors que les restrictions médicales s’accentuent, samedi, 25 décembre, suite à un ordre du comité chargé de la répression d’Achraf- comité établi au siège du premier ministre irakien- les forces irakiennes ont menacé un groupe de huit Achrafiens de quitter l’hôpital alors qu’ils y sont installés depuis 20 mois comme aides-soignants.

C’est en profitant des congés de Noël et du nouvel an, que le régime fasciste d’Iran et ses mercenaires irakiens procèdent à de nouvelles mesures répressives alors qu’ils sont effrayés de la multiplication des témoignages de solidarité avec Achraf, en Irak comme à l’échelle internationale, surtout depuis la résolution du 25 novembre du Parlement européen, le séminaire du 17 décembre à Washington et la conférence internationale du 22 décembre à Paris et alors que prend forme en Irak un gouvernement de coalition.

Bien que cette mesure illégale, visait davantage de restrictions médicales contre les habitants, et tente d’instrumentaliser l’hôpital pour infliger des tortures et des persécutions, les aides soignants ont accepté de quitter les lieux pour éviter un affrontement avec les forces irakiennes.

Mais, alors qu’ils s’apprêtaient à transférer leur bungalow à l’aide d’un camion et d’une grue, les forces irakiennes sous le commandement de l’officier Heydar Azab Machi sont intervenues pour faire obstacles et ont tenté d’embarquer le bungalow, le camion et la grue, propriétés des Achrafiens. Depuis hier les forces irakiennes encerclent ces personnes dans leur bungalow et leur coupent eau, nourriture et vêtements chauds.

Afin de mettre un terme à cette tension, les représentants des habitants d’Achraf ont proposé au lieutenant colonel Abdo-Latif Abdolamir Hachem commandant des forces irakiennes, de payer le montant à l’achat d’un bungalow si l’hôpital a besoin d’un bungalow, mais refusent de se résigner au vol de leurs propriétés ce qui est une violation des règlements internationaux et même des lois irakiennes et une injustice flagrante. Le colonel Latif a promis d’en aviser le comité en question.

A 14h aujourd’hui, alors qu’elles étaient soutenus par 25 véhicules blindés Humwee, les forces irakiennes sous commandement du colonel Latif qui ont reçu l’ordre du comité chargé de la répression d’Achraf, ont attaqué les Moudjahidines installés à l’hôpital et les ont délogés de force avec des matraques et des bâtons, les blessants gravement. Ils ont également attaqué de nombreux habitants qui se trouvaient à proximité de l’Hôpital. Des dizaines de personnes ont été blessées ou contusionnées dont certains sont dans état grave, notamment Behrouz Mohadjer qui a reçu des coups au niveau du thorax et se trouve dans état critique.

En même temps, les forces irakiennes ont empêché deux médecins irakiens spécialisés de rentrer dans Achraf alors qu’ils étaient attendus depuis longtemps pour examiner des patients atteints de problèmes optiques et de complications internes.

Depuis que la protection d’Achraf a été transférée aux forces irakiennes en 2009, les habitants ont transféré l’hôpital et tous ses moyens sous la responsabilité du gouvernement irakien. Depuis les forces irakiennes abusent comme les nazis de l’hôpital comme un instrument de persécutions et de tortures. Depuis un mois, le comité chargé de la répression d’Achraf a ordonné aux forces irakiennes à étendre le domaine autour de l’hôpital en installant un sillage s’appropriant une partie d’Achraf, afin d’avoir une plus grande liberté d’action. Dans la pratique l’hôpital est sous l’occupation des forces militaires irakiennes et leur commandement y est installé.

La Résistance iranienne attire l’attention du secrétaire général de l’ONU, du représentant spécial du secrétaire général en Irak, de l’ambassadeur des Etats-Unis et du commandement des forces irakiennes sur les actions malveillantes et violentes des forces irakiennes et demande aux forces américaines de reprendre la protection d’Achraf pour éviter des effusions de sang et à l’équipe d’observateurs de la Mission d’Assistance de l’ONU en Irak (MANUI), de s’installer à Achraf. La Résistance iranienne appelle également l’ensemble des instances de défenses des droits humains, les syndicats et organisations de médecins à condamner ces mesures répressives et d’agir d’urgence pour les empêcher.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance Iranienne
Le 26 décembre 2010