Publié le : 19th septembre 2015

ImageLa Tribune de Genève jeudi, 25 janvier 2007  – Par Linn Levy – Six mois qu'ils manifestent quotidiennement devant le siège du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) afin de rétablir les droits de leurs pairs. 176 jours que ces exilés iraniens, opposés au régime des mollahs, affrontent les bizarreries du climat genevois comme l'indifférence des fonctionnaires internationaux.

 

Ces militants de l'Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI) et leurs sympathisants – ils seraient plusieurs centaines à se relayer devant le HCR – dénoncent la politique répressive du gouvernement irakien à l'encontre des exilés iraniens sur leur sol. Ils demandent que soit protégé le statut de réfugiés de ces quelques 4000 opposants iraniens, installés depuis vingt ans dans la cité irakienne d'Achraf, une ancienne base militaire sise à la frontière avec l'Iran.

Depuis le mois de juillet, l'actuel gouvernement irakien, majoritairement chi'ite, leur impose de quitter le pays pour cause d' « ingérence », retirant ainsi leur statut de réfugiés politiques. « S'ils sont contraints de retourner en Iran, ils risquent la mort, prévient Ali Safavi, membre de la Commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Il ne faut pas oublier que ces opposants sont protégés par la 4e Convention de Genève. »

Téhéran profite du fait que l'organisation des Moudjahidine est considérée comme un groupement terroriste depuis 1997 par les Etats-Unis et depuis 2002 par l'Union européenne. « Il s'agissait alors pour ces puissances occidentales d'ouvrir le dialogue avec le gouvernement Khatami . » Or, le 12 décembre dernier, la Cour européenne de justice a estimé qu'il fallait retirer l'OMPI de cette liste de terroristes.

A Genève, les manifestants demandent donc au HCR de sortir enfin du silence. « Depuis le début, nous avons bénéficié d'un important élan de solidarité », souligne Hamid Assadollahi, un manifestant venu de Paris. Hier, des parlementaires et personnalités suisses et européennes se sont réunis pour apporter leur soutien au combat des militants de l'OMPI.