Publié le : 19th septembre 2015

CSDHI – Quarante jours après le décès de Jalal Abedini, membre de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), en raison du blocus médical du camp Liberty, les autorités irakiennes refusent toujours de restituer sa dépouille et de permettre son inhumation.

Jalal Abedini est décédé le 17 avril dernier en raison du retard provoqué par les autorités dans une opération qu’il devait subir pour une tumeur à l’intestin dans un hôpital de Bagdad.

Cette obstruction inhumaine et anti-islamique intervient alors que toutes les démarches administratives et légales ont été faites. Or, les agents à la solde du régime iranien, Sadegh-Mohammed Kazem et Ahmed Khozeir, déjà impliqués dans le massacre des habitants du camp d’Achraf en 2009 et actuellement responsables de l’administration du camp Liberty, empêchent l’enterrement de Jalal Abedini.

Les multiples démarches et requêtes des représentants et conseillers légaux des habitants auprès des forces irakiennes, de la MANUI et du HCR, sont jusqu’à présent restés vains.

La Résistance iranienne appelle le Secrétaire général des Nations unies, le Haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés, le Haut-commissaire pour les Droits de l’homme et les autorités américaines à intervenir immédiatement pour mettre fin à ces agissements inhumains. Ceux-ci sont en violation flagrante des pactes et conventions internationales obligeant au respect des dépouilles des défunts.

Source : Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne