Publié le : 10th mai 2019

kurdes iranCSDHI – Mercredi 24 avril 2019, au soir, les forces de sécurité ont transféré à Kamyaran un certain nombre de militants écologistes kurdes et de membres kurdes du Parti de l’Unité nationale du centre de détention du ministère du renseignement de Sanandaj à Kamyaran et les ont filmés pour un documentaire télévisé.

« Après un affrontement entre le corps des gardiens de la révolution (les pasdarans) et les tireurs de l’un des partis d’opposition kurde, mercredi soir, dans les montagnes de Shahu, plusieurs activistes kurdes ont été transférés à l’endroit où le chauffeur d’ambulance du Croissant-Rouge « Kohsar Fatehi » avait été tué par des inconnus. Les activistes kurdes détenus avaient les yeux bandés, étaient menottés et ligotés aux chevilles avant d’être transférés dans le lieu susmentionné où ils ont été filmés », a déclaré à KHRN une source fiable à Kamyaran.

Selon cette source, les forces de sécurité auraient bloqué le lieu de tournage et interdit à la population locale de s’y rendre. « Il est clair que plusieurs personnes ont été interrogées alors qu’elles étaient encerclées par les forces de sécurité qui tentaient de montrer que ces personnes étaient les meurtriers du chauffeur du Croissant-Rouge ».

Le nouveau directeur général du bureau du renseignement provincial du Kurdistan a déclaré aux journalistes, le mercredi 17 avril 2019, que des militants écologistes et des membres de la branche kurde du Parti de l’unité nationale avaient été arrêtés dans le but de « prévenir les actes terroristes sous le nom des partis de la province ». Il a affirmé que ces récentes arrestations avaient eu lieu par rapport au meurtre de « Kohsar Fatehi ».

Le KHRN a déjà exprimé de sérieuses préoccupations concernant les pressions exercées sur ces militants arrêtés pour obtenir des aveux télévisés.

Au cours des derniers mois, près de 20 militants écologistes et membres de la branche du Parti de l’unité nationale au Kurdistan ont été arrêtés par les forces de sécurité à Kamyaran, Marivan et Sanandaj. Certains d’entre eux ont été libérés sous caution le mois dernier, mais d’autres sont toujours en détention. Idris Mohammadi et Awat Karami sont détenus au centre de détention du bureau du renseignement des pasdarans, tandis que Hossein Kamangar, Farhad Mohammadi, Farzad Hosseini, Rashed Montazeri, Isa Feizi, Sirwan Ghorbani, Hadi Kamangar et Jalal Rostami sont détenus au ministère du renseignement.

Source : Réseau kurde des droits humains, le 27 avril 2019

Nouvelles associées