Publié le : 6th avril 2020

prisonnier politique Soheil Arabi iranCSDHI – Le prisonnier politique Soheil Arabi a envoyé une lettre du pénitencier du Grand Téhéran le samedi 4 avril 2020, annonçant qu’il entamait une nouvelle grève de la faim pour protester non seulement contre le non-respect par les autorités de leur promesse de l’envoyer à l’hôpital, mais aussi contre les conditions de détention épouvantables, son maintien en prison et contre la privation de congé pendant la crise du coronavirus.

Les autorités carcérales du pénitencier du Grand Téhéran avaient auparavant promis à M. Arabi de l’envoyer dans un hôpital civil, le 4 avril.

Dans une partie de sa lettre, M. Arabi a écrit : « Pourquoi ai-je été privé de mon congé de prison ? Ils disent que c’est parce que j’ai adhéré à mes convictions. Je ne suis ni un meurtrier ni un voleur. Tout ce que j’ai fait, c’est d’écrire la vérité. Et j’ai été emprisonné pour avoir dit la vérité. Ceux qui avaient détourné de l’argent ont obtenu un congé de prison et sont maintenant en liberté. Les voleurs à main armée sont maintenant en liberté. Quel danger représente un journaliste ? Qu’il révèle la vérité et informe les gens de leurs droits et devoirs. »

M. Arabi a entamé une grève de la faim le 16 mars pour protester contre les conditions horribles dans lesquelles les prisonniers sont détenus dans le pénitencier du Grand Téhéran, le refus de leur fournir des soins médicaux et le maintien en prison de lui et d’autres prisonniers politiques malgré la propagation rapide de l’épidémie du coronavirus dans le pays. Le jeudi 26 mars, M. Arabi a mis fin à sa grève de la faim lorsque les autorités pénitentiaires lui ont fait des promesses positives.

Après avoir mis fin à sa grève de la faim, un chirurgien a examiné M. Arabi et a ordonné qu’il soit immédiatement envoyé à l’hôpital le 26 mars pour être opéré. M. Arabi a déclaré aux autorités pénitentiaires que si elles ne respectaient pas leur promesse dans un délai de deux semaines, il reprendrait sa grève de la faim.

Soheil Arabi avait été envoyé à l’hôpital Khomeini de Téhéran le 18 mars, mais il a été renvoyé en prison sans aucun traitement médical parce que l’hôpital a refusé de le prendre en charge car l’Organisation des prisons et le pénitencier du Grand Téhéran n’avaient pas payé les factures de soins médicaux des détenus.

En novembre 2019, M. Arabi n’a pas été envoyé à l’hôpital parce qu’il refusait de porter l’uniforme de la prison, des menottes et des chaînes. En violation des règles carcérales, il lui a été demandé de payer personnellement les 60 millions de tomans (13 200 €) pour son opération de traumatisme contondant.

Selon ses propres règlements, l’organisation pénitentiaire est responsable du paiement des frais médicaux des détenus.

Le 29 avril 2019, M. Arabi a été envoyé à l’hôpital Firouzabadi de Téhéran en raison de fortes douleurs, mais en raison d’un manque de coordination préalable avec l’hôpital et de manque de lits vides, il a été renvoyé en prison après les examens primaires et sans traitement.

Source : Iran HRM