Publié le : 3rd août 2020

Majid Asadi iranCSDHI – L’Iran a ouvert une nouvelle enquête contre un dissident qu’il a emprisonné durant la majeure partie de la dernière décennie, permettant au gouvernement de prolonger sa détention plutôt que de le libérer ce mois-ci comme il l’avait espéré.

Dans une interview accordée mardi à VOA Persian, la mère du dissident Majid Asadi, basée en Iran, a déclaré qu’il lui avait parlé de la nouvelle affaire fabriquée contre lui lors d’un appel téléphonique du 22 juillet depuis la prison.

Asadi, qui a une trentaine d’années, est emprisonné depuis février 2017, lorsqu’il a été arrêté à son domicile à Karaj, près de la capitale iranienne, Téhéran. Le dissident, un ancien militant étudiant qui travaillait comme traducteur pour une entreprise privée, a été condamné en novembre 2017 à six ans de prison pour « rassemblement et collusion en vue de commettre des crimes contre la sécurité nationale » et « diffusion de propagande anti-gouvernementale. »

Asadi avait déjà été emprisonné d’octobre 2011 à juin 2015 pour des accusations d’atteintes à la sécurité nationale liées à son activisme à l’université Allameh Tabataba’i de Téhéran. Il avait été arrêté en juin 2008 alors qu’il étudiait à l’université, puis il avait été libéré sous caution trois mois plus tard, puis condamné en mars 2010 et emprisonné lorsque son appel avait été rejeté.

Les raisons de l’arrestation d’Asadi en février 2017 sont floues, mais le Center for Human Rights, basé à New York, en Iran, a cité une source informée en mars 2017, affirmant que les relations amicales d’Asadi avec d’anciens compagnons de cellule pourraient avoir bouleversé les responsables iraniens de la sécurité.

S’adressant à la VOA, la mère d’Asadi, Fatemeh Vakili, a déclaré que son fils lui avait dit, lors de l’appel téléphonique du 22 juillet, qu’il s’attendait à être libéré sous condition de la prison Rajaei Shahr de Karaj deux jours plus tôt, pour bonne conduite et après avoir purgé au moins la moitié de sa peine de six ans.

Mais Mme Vakili a cité Asadi en disant que ses espoirs ont été anéantis lorsque les autorités de la prison lui ont notifié qu’il serait transféré à la prison d’Evine de Téhéran plus tard dans la journée du 22 juillet. Elle a ajouté qu’il lui avait également dit que le ministère iranien du renseignement avait ouvert un nouveau dossier contre lui, mais qu’il ne savait pas pourquoi.

Il n’y a eu aucun commentaire dans les médias officiels iraniens concernant la nouvelle affaire contre Asadi ou la durée de son séjour à la prison d’Evine.

Mme Vakili a également exprimé son inquiétude quant à l’état de santé de son fils. Il souffre de problèmes vertébraux et digestifs depuis des années en raison des mauvaises conditions de vie dans les prisons où il est détenu.

« Pourquoi montent-ils une nouvelle affaire contrte un prisonnier qui est sous leur surveillance », a déclaré Mme Vakili, en faisant référence aux autorités iraniennes. « Pourquoi ne le libèrent-elles pas ? Il est malade et il a besoin de soins. »

Dans un tweet du mercredi, le frère du dissident, Morteza Asadi, a déclaré que Majid souffrait de multiples autres affections, notamment de problèmes hépatiques, des symptômes du coronavirus et d’une grosse fatigue physique.

L’administration Trump a critiqué à plusieurs reprises l’Iran pour son traitement des dissidents. Le dernier rapport annuel du Département d’Etat sur les pratiques des droits humains en Iran, publié en mars, a déclaré que les dirigeants islamistes de la nation accusaient souvent les dissidents politiques de vagues crimes, imposaient des peines strictes aux critiques du gouvernement pour des violations mineures, et gardaient certains détenus en prison pendant des années pour des accusations infondées de sympathie avec des groupes terroristes réels ou présumés.

Source : VOA

Nouvelles associées