Publié le : 13th septembre 2020
navid-afkari-execution-iran

Navid Afkari a été pendu

CSDHI – Le 12 septembre, le régime iranien a choqué le peuple iranien ainsi que le monde entier avec l’exécution secrète et précipitée de Navid Afkari. Ce champion de lutte iranien qui n’avait que 27 ans, était défendu, soutenu par la communauté internationale depuis des semaines pour empêcher cette exécution. En fin de compte, le régime n’a pas fait preuve de clémence. Les observateurs de l’Iran affirment que la décision d’exécuter les manifestants qui s’opposent au régime vise à empêcher toute nouvelle manifestation.

La famille de Navid menacée et privée de sa dépouille

Après l’exécution de Navid Afkari dans la prison d’Adelabad à Chiraz, sa famille a pris des mesures pour recevoir le corps de leur fils.

Mais les agents du régime et les forces du renseignement ont conditionné la remise du corps de Navid à la promesse de ne l’annoncer nulle part et de l’enterrer sans cérémonie dans l’heure qui suit et en présence d’un petit nombre de membres de la famille seulement.

La famille a été menacée. Les autorités ont refusé de remettre le corps si une cérémonie était organisée. Cependant, à la date de rédaction du présent document, la famille n’a pas été en mesure de récupérer son corps.

D’autres informations indiquent que les autorités n’ont pas autorisé Navid à voir sa famille pour la dernière fois avant son exécution. Bien que tout condamné à mort a le droit de rencontrer sa famille avant l’exécution.

D’autres nouvelles de Shiraz indiquent qu’un grand nombre de personnes et de parents de Navid sont allés chez son père pour le consoler et exprimer leur dégoût de l’exécution de Navid. Les gens ont demandé au public de venir à la maison de son père, qui est située au Baskul Nader dans l’allée Macvandi.

Un message des prisonniers politiques de la prison du Grand Téhéran

Notre message, nous un groupe de prisonniers politiques dans la prison du Grand Téhéran, après l’exécution de Navid Afkari, s’adresse à notre peuple bien-aimé et à sa famille en deuil : « Ne vous taisez pas. » Notre solution avec ce régime répressif et mortel est la résistance et la rébellion.

Cette fois, la dictature du Velayat-e-Faqih a exécuté Navid Afkari de nouveau par crainte d’un soulèvement. Nous, un groupe de prisonniers politiques de la prison du Grand Téhéran, condamnons l’exécution de l’héroïque athlète iranien Navid Afkari. Nous avons entendu parler de son exécution. Mais nous ne doutons pas que la jeunesse et les athlètes de notre pays réagiront à cette exécution par de nouvelles protestations et de nouveaux soulèvements, à l’approche de l’anniversaire du soulèvement de novembre 2019.

Les dirigeants tyranniques ont tué Navid Afkari pour créer une atmosphère d’étouffement et de terreur parmi les athlètes libres de notre pays. Ils craignent de nouveaux soulèvements, qui cette fois-ci conduiront bien sûr à leur renversement

Navid a été martyrisé en disant avant son martyre : « Peuple iranien, le silence signifie soutenir la répression de l’oppresseur et soutenir l’exécution d’une personne innocente. Le peuple ne doit pas se taire. »

Nous, les prisonniers politiques de la prison du Grand Téhéran, condamnons l’exécution de Navid. Il s’est dressé face à la tyrannie du Velayat-e Faqih et n’a pas renoncé. Et nous appelons tout le peuple iranien à ne pas rester silencieux. Il doit faire résonner la mort du dictateur en descendant dans la rue et en criant pour la liberté.

Message collectif des prisonniers politiques de la prison centrale de Karaj

Les mollahs du système Velayat-e-Faqih ont commis un autre crime. Il semble qu’après le massacre de 30 000 prisonniers politiques innocents en 1988, ils soient devenus si disgracieux qu’ils ne reculent plus devant aucun crime. Aujourd’hui, un autre jeune homme a été remis à la potence parce qu’il avait protesté. Car Khamenei (le Guide suprême du régime) et Raisi (le chef du pouvoir judiciaire) savent très bien que la seule façon de sauver leur régime corrompu est de tuer les jeunes et de supprimer les demandeurs de liberté.

Maintenant, nous, en tant que groupe de prisonniers politiques de la prison centrale de Karaj, qui sommes derrière les barreaux pour insurrection et recherche de liberté, disons à la jeunesse rebelle de notre pays que la réponse à l’exécution du jeune rebelle et lutteur Navid Afkari doit être promise d’une part par l’insurrection et le soulèvement, et d’autre part par le feu.

Transformez chaque ville, chaque rue et chaque ruelle en foyer contre le régime criminel de Khamenei. Nous avons commencé et continuons notre vie sous la torture et la peine de mort. Nous terminerons complètement le travail en renversant ce régime.

Source : INU