Publié le : 17th décembre 2020
Saba-Kord-Afshari

Saba Kord Afshari

CSDHI – Selon un proche, l’Iran a transféré une militante des droits des femmes de la prison principale de Téhéran vers une célèbre prison pour femmes située à la périphérie de la capitale. Par conséquent, cela fait d’elle la dernière dissidente détenue à subir un traitement plus sévère de la part des autorités iraniennes. Saba Kord Afshari est une militante contre le port obligatoire du hijab ou voile pour les femmes en public.

Les autorités l’ont transféré, dans la section de quarantaine de la prison pour femmes de Qarchak le 9 décembre, a déclaré sa sœur, Sogand Kord Afshari.

Dans un tweet mardi, Sogand Kord Afshari a écrit que le dernier appel téléphonique de sa sœur emprisonnée depuis la section de quarantaine de Qarchak avait eu lieu samedi. Depuis lors, elle n’a plus de nouvelles d’elle.

Les autorités iraniennes ont arrêté Kord Afshari en juin de l’année dernière. Elles l’ont ensuite condamnée à 15 ans de prison pour des raisons de sécurité nationale. En effet, on lui reproche d’avoir retiré son hijab en public, dans le cadre d’une campagne des droits de la femme contre les lois sur le hijab obligatoire du pays dirigé par les islamistes.

Dans une interview du 11 décembre avec VOA Persian, une source a déclaré que la famille de Kord Afshari était préoccupée par les risques pour sa santé déjà fragile d’être placée dans le service de quarantaine de Qarchak.

« Ils craignent qu’elle ne contracte le coronavirus pendant la quarantaine », a déclaré la source.

Kord Afshari a une vingtaine d’années. Elle souffre de problèmes gastro-intestinaux préexistants. Ils se sont aggravés à cause de son emprisonnement, a dit une source en octobre. La source a déclaré que les autorités lui avaient refusé un traitement médical approprié pendant sa détention à Evine.

Les médias d’Etat iraniens sont restés muets sur le transfert apparent de Kord Afshari à la prison de Qarchak.

Dans un compte-rendu du 2 septembre sur les prisons iraniennes, le groupe de défense des droits humains basé à Washington, le Centre Abdorrahman Boroumand, a déclaré que le quartier de quarantaine de Qarchak est une zone de détention pour les prisonniers soupçonnés d’être infectés par le coronavirus. Au début du mois d’août, il en a accueilli plus de 30. Le groupe a déclaré qu’il avait obtenu ces informations dans une correspondance non publiée avec l’Agence de presse HRANA.

Le document indique également que la plupart des détenus de Qarchak sont accusés de crimes liés à la drogue et que ses conditions de vie sont mauvaises.

« Les conditions sanitaires dans la prison sont inférieures aux normes. Chaque jour, son système d’égouts déborde dans les cours des quartiers, remplissant le terrain d’une terrible puanteur qui attire des essaims d’insectes », a déclaré le groupe.

En plus de transférer apparemment Kord Afshari dans une prison aux conditions médiocres, les autorités iraniennes l’ont également séparée de sa mère. Celle-ci était détenue à ses côtés à Evine.

Les autorités ont arrêté la mère de Kord Afshari, Raheleh Ahmadi, en juillet de l’année dernière. Elles l’ont détenue pendant plusieurs jours pour avoir défendu sa fille. Ensuite la justice a condamné Ahmadi à deux ans et sept mois de prison pour atteinte à la sécurité nationale. Elle a commencé à purger sa peine à Evine le 20 février.

« Les autorités ont séparé Saba de sa mère, et c’est une violation des droits de l’homme. C’est également un exemple de torture psychologique pour les deux femmes et de leur famille », a déclaré la source qui s’est adressée à VOA le 11 décembre. La famille est également préoccupée par la santé d’Ahmadi, car elle souffre d’un problème de thyroïde qui est aggravé par la tension nerveuse, a ajouté la source.

Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur du groupe Iran Human Rights basé à Oslo, a déclaré à VOA Persan que les autorités iraniennes transfèrent généralement les dissidents dans des prisons telles que Qarchak pour leur faire subir une pression supplémentaire.

« Une des raisons pour transférer Kord Afshari d’Evine à Qarchak et la séparer de sa mère pourrait être de faire pression sur elle pour qu’elle fasse des aveux télévisés ou pour briser sa résistance », a-t-il déclaré.

Amiry-Moghaddam a déclaré que Kord Afshari est l’une des neuf femmes iraniennes transférées d’Evine à Qarchak au cours des deux dernières années. La plus importante des autres dissidentes est l’avocate des droits humains Nasrin Sotoudeh, dont le transfert a eu lieu le 20 octobre.

Nasrin Sotoudeh

Dans une interview accordée à VOA en persan, Reza Khandan a déclaré que sa femme, Nasrin Sotoudeh, avait reçu l’ordre de se rendre immédiatement à la prison Qarchak de Téhéran

Sotoudeh est emprisonnée depuis juin 2018 pour son travail juridique de défense d’autres militantes des droits des femmes qui ont été arrêtées pour avoir retiré leur hijab en public. Elle a purgé une peine de plus de 30 ans pour des infractions à la sécurité nationale, selon les militants des droits de l’homme.

Source : VOA