Publié le : 29th janvier 2021
Mehdi-Farahi-Shandiz

Mehdi Farahi Shandiz

CSDHI – Les autorités iraniennes ont placé le prisonnier politique Mehdi Farahi Shandiz en isolement à la prison centrale de Karaj depuis plus de deux mois. Il y est soumis à des pressions et des restrictions.

Placé en isolement, privé de visites et d’appels téléphoniques

Les agents déligentés par le régime ont transféré le prisonnier politique Mehdi Farahi Shandiz du quartier 6 à la section d’isolement de la prison centrale de Karaj fin novembre. La justice l’a condamné à l’incarcération pour avoir scandé des chants contre le Guide suprême du régime clérical Ali Khamenei et la dictature religieuse. Il n’a pas le droit de passer des appels téléphoniques ni de recevoir des visites. Après plus de deux mois, il a pu appeler sa famille. Les autorités ne l’autorisent à appeler sa famille qu’une seule fois par semaine et uniquement en présence d’un gardien de prison.

Le prisonnier politique Mehdi Farahi Shandiz est malade. Il souffre de problèmes cardiaques, d’hypertension et de diabète, selon une source bien informée. Soulignons que le prisonnier peut prendre son traitement pour sa tension artérielle. Mais, malgré celui-ci, il a une tension artérielle de 150 à cause du stress élevé et des pressions physiques et psychologiques en isolement. En outre, en dépit de son diabète, il ne bénéficie pas d’une alimentation adaptée en prison.

Né en 1961, Mehdi Farahi Shandiz est diplômé en ingénierie électrique de l’Université industrielle d’Ispahan. Il a travaillé à l’usine Luleh Navard d’Ahwaz pendant un certain temps après l’obtention de son diplôme. Il a enseigné la physique et les mathématiques dans les lycées de Téhéran.

Arrêté le 1er mai 2009, il écope de 12 ans de prison

Les SSF l’ont arrêté pour la première fois lors de la manifestation de la fête du travail à Téhéran en 2009. Le ministère du renseignement l’a détenu pendant neuf mois dans le quartier 209 de la prison d’Evine.

En 2011, il est condamné à trois ans de prison. La justice l’a accusé de propagande contre l’État et insulte du Guide des mollahs, Ali Khamenei. Par la suite, les autorités ont fabriqué de nouvelles affaires contre lui. Par conséquent, la justice a porté sa peine à 12 ans.

Au cours des 9 dernières années, M. Shandiz a subi des dommages à la vue et à l’ouïe ainsi que des côtes cassées sous la torture. En 2013, des gardiens de prison de la prison d’Evine l’ont battu, ce qui lui a fait développer une tache noire dans l’œil droit. Il ne parvient plus à voir avec cette tache.

Battu en détention

En 2017, le directeur de la prison de Karaj l’a sévèrement battu, après quoi il a perdu l’ouïe de son oreille gauche et a eu les ses côtes cassées.

Le prisonnier politique Mehdi Farahi Shandiz se trouve actuellement dans la prison centrale de Karaj en violation du principe de séparation des prisonniers selon la catégorie de leurs crimes.

Source : Iran HRM