Publié le : 10th février 2021

régime iran

CSDHI – Les autorités ont enterré dans le plus grand secret des prisonniers politiques exécutés dans différentes prisons d’Ahwaz, dans un cimetière secret. C’est une ville située dans une ville du sud-ouest de l’Iran. Le but est que les familles ne puissent pas savoir où leurs enfants sont enterrés ni déplacer leurs corps.

Le régime refuse de remettre les corps des prisonniers politiques exécutés à leurs familles

« La plupart des prisonniers politiques sont exécutés dans la prison de Sheiban à l’insu de leurs familles », a déclaré une source. Les agents judiciaires et de renseignement n’ont remis aucun corps de prisonnier exécuté à leur famille. Ils sont enterrés sans la présence de la famille et des amis. La famille du prisonnier doit également promettre qu’elle n’organisera aucune cérémonie pour les proches. »

La source ajoute : « Le lieu où sont enterrés les prisonniers exécutés à Ahwaz est un mausolée que les gens appellent la « Tombe des Martyrs. » Mais les agents du gouvernement meurtrier, par ressentiment contre ces prisonniers politiques, ont nommé ce sanctuaire inconnu « Lieu maudit. »

Il convient de noter que des événements similaires se sont produits dans la plupart des villes du pays dans les années 1980. Le lieu d’enterrement des Bahaïs ou d’autres minorités était appelé « lieu maudit. » Puis les prisonniers politiques exécutés, qui appartenaient principalement à l’opposition OMPI/MEK et à d’autres organisations de gauche, y étaient enterrés.

Les familles ont les yeux bandés et sont emmenées sur les tombes de leurs proches

« Les prisonniers politiques arabes iraniens exécutés ne sont pas remis à leurs familles. Ils sont enterrés en secret. Du ciment est versé sur le corps et des plaques de fer sont placées. Ensuite, ils les enterrent sous la terre, et pour que les familles ne puissent pas exhumer les corps de leurs enfants et les sortir de la tombe, on leur donne un ordre. Ils ne mettent sur chaque tombe qu’une plaque de métal portant un numéro, et il n’y a aucune trace de la personne exécutée sur la tombe. »

La torture permanente des familles

Des informations sur Ahvaz indiquent que jusqu’à 48 heures après l’exécution du prisonnier exécuté, des gardes sont placés autour du lieu de sépulture du prisonnier exécuté afin que la famille ne puisse pas trouver le lieu de sépulture du proche. Ils emmènent même la famille les yeux bandés sur la tombe. Tout est fait pour qu’elle ne sache pas où se trouve la tombe de leur enfant. Ces actions s’inscrivent dans le cadre de ce qu’Amnesty International a appelé « un crime continu. » Garder la famille ignorante de l’heure de l’exécution et de l’enterrement de la personne exécutée est une torture continue de la famille de la personne.

En outre, dans la zone appelée « lieu maudit », des agents du gouvernement ont installé des caméras de télévision en circuit fermé afin qu’aucun des citoyens et des familles ne puisse ou n’ose s’approcher des tombes.

Il est dit que ce lieu était en fait le cimetière des personnes d’autres religions et minorités. Mais plus tard, ils en ont retiré un morceau. Et ils l’ont dédié à la sépulture des prisonniers politiques. La collection relative aux minorités et aux autres religions possède un tableau du jardin de Ferdows. Mais il n’y a pas de plaques sur les tombes des prisonniers politiques exécutés. Chaque tombe a une plaque de fer qui la caractérise.

Source : Iran Focus (site anglais)