Publié le : 10th mai 2021
freres-afkari

Les frères Afkari

CSDHI – les autorités iraniennes ont transféré Vahid et Habib Afkari en isolement quelques jours avant l’exécution de leur frère Navid Afkari en septembre 2020. Ils sont depuis privés de contact téléphonique avec leur famille, d’accès à leur avocat et de soins médicaux. Iran Human Rights réitère son appel à la libération immédiate des frères Afkari. En effet, ils sont détenus en tant qu’otages. IHR condamne fermement leur traitement par les responsables de la République islamique. Et IHR considère cela comme de la torture.

« La communauté internationale doit réagir au traitement inhumain des frères Afkari par la République islamique. Leur maintien en détention à l’isolement est un exemple clair de torture et doit cesser immédiatement », a déclaré Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur d’IHR.

Selon Iran Human Rights, les autorités ont transféré les frères du manifestant exécuté Navid Afkari, Vahid et Habib, à l’isolement le 5 septembre 2020. Ils sont depuis privés de contacts téléphoniques avec leur famille, d’accès à leur avocat et de soins médicaux.

Une source informée a déclaré à IHR : « Même lorsqu’ils laissent leur famille leur rendre visite, c’est toujours lorsqu’il n’y a personne d’autre autour d’eux afin de les maintenir dans un isolement complet. L’isolement prolongé ajoute de la pression sur eux et le fait d’être privé de traitement médical et d’appels téléphoniques ajoute encore à la pression. »

L’Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus des Nations unies (les règles Nelson Mandela) limite la période d’isolement cellulaire à un maximum de 15 jours consécutifs. Il interdit l’isolement cellulaire pour une durée indéterminée. De plus, il stipule qu’il ne peut être imposé que par une autorité compétente, conformément aux principes d’équité et de régularité de la procédure. Il doit faire l’objet d’un examen indépendant. Vahid et Habib Afkari sont maintenus en détention à l’isolement depuis plus de huit mois. Ils sont privés de leur droit à une procédure régulière et à un procès équitable. Les demandes de renseignements et les appels de leur famille sont restés sans réponse.

Les demandes de renseignements et les appels de leur famille sont restés sans réponse. « Les efforts de leur famille n’ont donné aucun résultat. Ils ne veulent même pas leur donner une date de fin de l’isolement ou la raison pour laquelle on leur refuse un traitement médical », a ajouté la source.

Navid Afkari était un plâtrier de 27 ans qui pratiquait également la lutte professionnelle. Il avait remporté plusieurs médailles dans des compétitions nationales lorsqu’il a été exécuté le 12 septembre 2020. Il n’a pas été autorisé à rendre visite à sa famille pour la dernière fois.

La justice a condamné Navid à qisas (châtiment en nature) pour le meurtre d’un Hassan Turkman. Il s’agissait d’un agent de sécurité d’un bâtiment gouvernemental. Selon des documents judiciaires, les autorités l’avaient envoyé identifier des manifestants en août 2018. La justice a condamné Vahid Afkari à 54 ans et 6 mois de prison et 74 coups de fouet, et Habib Afkari à 27 ans et 3 mois de prison et 74 coups de fouet.

Tout au long de leur procès, Vahid et Navid se sont vu refuser le droit de choisir leur propre avocat. Un avocat commis d’office les a représentés. Par ailleurs, Habib n’a pas eu le droit d’avoir une représentation légale. Les frères ont déclaré à la cour que tous leurs aveux étaient faux et obtenus sous la torture.

Selon les documents judiciaires obtenus par IHR, le tribunal a non seulement ignoré leurs déclarations concernant la torture, mais il a également refusé à Navid le droit à la défense en rejetant sa demande de voir les images de vidéosurveillance utilisées comme preuve de sa culpabilité. Le procès des frères Afkari a violé toutes les normes connues en matière de procès équitable et de procédure régulière.

Iran Human Rights considère la détention des frères Afkari comme une prise d’otage. IHR affirme que leur menace d’exécution est une tentative du système judiciaire de la République islamique pour empêcher la découverte de la vérité et appelle à leur libération immédiate.

Source : IHR