Publié le : 9th mai 2019

Ghafouri iranCSDHI – En plus de préserver la dictature religieuse en Iran, le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) a mené diverses activités terroristes, notamment des assassinats à l’étranger au cours de ses 40 années d’existence.

Les commandants des pasdaran impliqués dans le terrorisme international, les assassinats et les crimes contre l’humanité, sont maintenant actifs non seulement à des postes militaires et sécuritaires, mais aussi dans les domaines économique, social, culturel, sportif et le trafic de drogue.

Ali Daï, ancien footballeur iranien de renom et ex-président du club de football SAIPA de Téhéran, a révélé qu’un ancien commandant des pasdaran impliqué dans l’assassinat de nombreux opposants à l’étranger avait changé d’identité pour le remplacer à la tête du club SAIPA.

Après avoir été remplacé par « Mostafa Modabar », l’ancien joueur de football, Ali Daï, qui a dirigé le club  pendant 12 ans, a déclaré lors d’une conférence de presse que Mostafa Modabar était en fait le pseudonyme du commandant des pasdaran, Ghafour Darjezi.

« Tout d’abord, M. Mostafa Modabar n’existe pas pour moi et je ne connais même pas de personne réelle portant ce nom. Depuis que je le connais,cela remonte à la période où il dirigeait le département de la sécurité de la rédio-télévion IRIB, il s’appelait Sardar Ghafour (commandant Ghafour). J’aimerais que quelqu’un de l’Etat-civil vienne et je lui poserai la question comment se fait-il que quelqu’un puisse changer de prénom et de nom de famille. L’Etat-civil doit répondre à la question de savoir si on peut ou pas changer son passé doré, sa personnalité et bien d’autres choses en changeant de nom », a déclaré Ali Daï.

En mentionnant le « passé doré » de Ghafour Darjezi, Daï laissait entendre qu’il était parfaitement au courant du passé terroriste et des opérations d’assassinat du commandant des pasdaran.

Qui est Sardar Ghafour ?

Sardar Ghafour Darjezi, maintenant connu sous le nom de Mostafa Modabar, était un membre du redouté de la Force Qods du corps des pasdarans, responsable de la répression contre les dissidents dans le nord de l’Iran au cours des années 1980.

Selon certaines informations, Sardar Ghafour aurait également personnellement participé à l’assassinat d’Abdol-Rahman Qassemlou, secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan d’Iran, dans le restaurant Mykonos en Allemagne. Après l’attentat de juillet 1989, malgré des preuves convaincantes du rôle des agents iraniens dans l’assassinat des dirigeants dissidents kurdes, la police et les autorités autrichiennes ont libéré Darjezi et ses partenaires, qui sont rapidement retournés en Iran.

Ghafour a également été impliqué dans l’assassinat de Mohammad-Hossein Naghdi, représentant du Conseil national de la résistance iranienne en Italie. Ghafour dirigeait la logistique et assurait le commandement sur place lors de cet assassinat en mars 1993. A l’époque il agissait sous le pseudonyme de « Mansour Bozorguian ».

Sous les pseudos d’Amir Mansour Bozorguian et Mostafa Modabar, Darjezi a occupé des postes tels que le secrétariat exécutif du Conseil suprême de la sécurité, chef du département de la protection de l’IRIB, président du syndicat officiel de la radio et de la télévision, et secrétaire général de la sécurité du parlement des mollahs.

Depuis que les États-Unis ont désigné les pasdaran comme organisation terroriste étrangère, les langues se délient et dénoncent de nombreux éléments des pasdarans cachés sous de fausses identités en Iran et dans le monde.

Source : Iran News Wire