Publié le : 23rd mars 2020

risque coronavirus iranCSDHI – Les prisonniers fortement exposés au coronavirus et susceptibles d’être infectés se sont rebellés dans deux prisons de l’ouest de l’Iran, certains réussissant à s’échapper.

Vendredi soir 20 mars 2020, des prisonniers de la prison centrale d’Aligoudarz, dans la province occidentale du Lorestan en Iran, se sont rebellés et ont désarmé certains gardiens de prison, tentant de s’échapper. Des affrontements ont éclaté entre les gardiens et les prisonniers qui risquaient d’être infectés par le coronavirus, s’étendant à l’extérieur de la prison. Des unités de pasdarans sont intervenues et les affrontements se sont poursuivis pendant plusieurs heures. Un certain nombre de prisonniers ont réussi à s’échapper, certains ont été abattus, d’autres blessés. Certains gardiens de prison et des pasdarans ont également été blessés.

L’agence de presse officielle Mehr a rapporté que personne ne s’était échappé et qu’un seul prisonnier avait été tué et un autre blessé.

Un jour plus tôt, le 19 mars 2020, les détenus de la prison Parsilon de Khorramabad (capitale de la province du Lorestan dans l’ouest de l’Iran) ont également connu une émeute.

Les détenus de Parsilon menacés d’infection par le coronavirus se sont rebellés et ont désarmé les gardiens de prison. Quelques 250 prisonniers se sont évadés de prison. Des gardes leur ont tiré dessus, par derrière, tuant 40 personnes et blessant 40 à 50 autres prisonniers.

Aucune information précise n’est disponible sur le nombre de prisonniers tués ou blessés et le nombre de prisonniers qui se sont évadés. Des efforts pour arrêter les évadés sont toujours en cours à Khorramabad.

Un soldat qui était présent dans la prison de Parsilon a déclaré qu’un prisonnier avait été tué et qu’environ 40 à 50 autres avaient été blessés. Selon des sources locales, 40 prisonniers ont été tués et 130 se sont évadés. L’agence de presse Fars, gérée par l’IRGC (les pasdarans), a également rapporté l’incident sans entrer dans les détails.

Un ancien détenu qui a purgé sa peine à Parsilon, a décrit les conditions de détention épouvantables comme suit : « Les prisonniers se sont évadés parce qu’ils sont traités comme des animaux dans cette prison. »

L’ancien détenu a déclaré que les autorités de Parsilon obligent les détenus à payer des peines de prison considérablement plus élevées que dans les autres prisons afin d’obtenir un congé. « L’année dernière, Ramin Biranvand, un jeune homme d’une vingtaine d’années, s’est suicidé dans cette prison, parce qu’on lui avait demandé de déposer une caution de 2 milliards de tomans tandis que 6 employés du gouvernement devaient signer des papiers en tant que garants. Ensuite, ils ont rejeté son congé car il n’avait trouvé que 5 employés en tant que garants », a-t-il ajouté.

Il a dit que la suture des lèvres et les grèves de la faim sont courantes chez les détenus de cette prison. « Les prisonniers qui entament une grève de la faim sont jetés dans des cages par un froid glacial. Ceux qui purgent des peines plus longues sont moins bien traités. »

Source : Iran HRM

 

Nouvelles associées