Publié le : 22nd mai 2020

propagation coronavirus prison iranCSDHI – La gravité de la situation est telle que le président Hassan Rouhani, a été contraint de reconnaître la propagation du coronavirus, Covid-19, dans les prisons d’Iran.

En particulier, Rouhani a déclaré que dans une prison, 100 détenus sur 120 seraient positifs au coronavirus. L’infection, vraisemblablement, a été propagée par une personne positive, qui à son tour a été détenue. Et donc, après des mois de dissimulation des effets réellement catastrophiques de l’épidémie, à la fois les décès, qui selon l’OMPI/MEK Iran a jusqu’à présent causé la mort de plus de 40 500 personnes, et l’aggravation de la crise économique et sociale déjà persistante, le régime a dû faire face au sujet avec cet aveu.

En général, toute la gestion de l’urgence pour le Covid-19, par les responsables iraniens, a été immédiatement infructueuse pour l’ensemble du pays, vous ne pouvez donc qu’imaginer l’ampleur du malaise, que la contagion a provoqué dans les prisons iraniennes surpeuplées. Ici, inévitablement, des infections massives se sont produites et de nombreux détenus sont morts par la suite. Ce scénario dramatique n’a pas empêché le régime de procéder à de nombreuses arrestations, au lieu d’alléger la situation carcérale et de sécuriser les prisonniers. En fait, beaucoup ont été emprisonnés parmi les opposants politiques et parmi ceux qui ont exprimé un véritable jugement sur le sujet du coronavirus et ce qui en découle. Deux étudiants, bien connus pour leur formation intellectuelle (d’élite), ont également été arrêtés récemment, démontrant, s’il en était encore besoin, combien la répression du régime est dure et terrible et combien la vie du peuple iranien importe peu, en particulier celle des prisonniers pour ceux qui auraient le devoir de les protéger.

À l’occasion du nouvel an iranien, la fausse propagande des mollahs avait prétendu à tort avoir libéré des milliers de détenus, en réalité tous les détenus sont restés dans les prisons et, avec la progression inévitable de la contagion et la précarité des installations sanitaires, cela a donné lieu à de nombreuses séditions dans de nombreux pénitenciers. Toutes les émeutes ont été réprimées dans un bain de sang et la réponse du régime à leurs demandes de sécurité a été une justice sommaire de ceux qui se sont soulevés. La situation carcérale reste très grave, surtout pour les prisonniers politiques en raison du durcissement des mesures de détention. Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a rendu publics certains documents de l’organisation de l’état d’urgence en Iran selon lesquels le régime est conscient de la propagation du virus Covid-19 depuis janvier. Afin d’augmenter la participation aux élections législatives, alors boycottées par la population, le régime avait délibérément nié la présence de la contagion sur le territoire iranien.

Plus tard, lorsque l’épidémie s’est manifestée, le régime n’a pas élaboré de plan pour arrêter la propagation du virus et la mise en quarantaine du peuple iranien est intervenue alors que la situation était hors de contrôle. Les Iraniens ont été soumis à une quarantaine sans aucun amortisseur économico-social pour les groupes les plus faibles ou pour tous ceux qui ont été contraints de fermer leurs entreprises et de quitter leur emploi. Des familles entières ont ainsi rejoint l’armée de la faim, déjà nombreuse. Ce scénario est le produit d’une corruption profonde, qui dans les institutions iraniennes et pour maintenir ses privilèges adopte des politiques économiques qui causent de plus en plus de souffrance et de malaise à toute la population. Finalement, pour éviter l’épuisement du pays, le régime a rouvert les activités économiques au détriment de la santé de millions d’êtres humains.

Au vu de tout cela, Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, appelle avec force et détermination la communauté internationale, le secrétaire général des Nations unies, le haut-commissaire aux droits de l’homme, le conseil des droits de l’homme et les orateurs spéciaux des Nations unies à intervenir immédiatement pour faire cesser les exécutions de prisonniers et les rendre sûrs et pour empêcher une catastrophe humanitaire déjà annoncée dans les prisons iraniennes.

Source : Stop au Fondamentalisme

Nouvelles associées