Publié le : 3rd août 2020

protestations iranCSDHI – Plusieurs journaux iraniens ont averti ce week-end que les Iraniens, las de la pauvreté, descendraient bientôt dans les rues de tout le pays pour de nouvelles protestations contre le régime.

Si l’allumette est allumée, il sera difficile d’éteindre le feu

S’adressant au Setare-ye Sobh Daily, Amanollah Qaraie Moghadam, sociologue et professeur d’université, a déclaré que « les jeunes en Iran avaient perdu patience » et « attendaient une occasion de descendre dans la rue. »

« Il y a quelques semaines à peine, les utilisateurs des médias sociaux ont utilisé le hashtag « ne pas exécuter » 12 millions de fois en réaction à la condamnation à mort de trois jeunes manifestants. Nous devons trouver une solution pour les jeunes, sinon malheureusement, il y aura un danger », a-t-il déclaré.

« Si l’allumette est allumée, il sera très difficile d’éteindre le feu », a ajouté le sociologue proche du régime.

« Le mouvement partira des quartiers pauvres des villes… La communauté est en détresse et pourrait se soulever à tout moment… En 2017 et 2019, environ 80 à 100 villes et villages, se sont soulevés. Un tel soulèvement national est prévisible aujourd’hui aussi », a-t-il déclaré.

Moghadam a déclaré que l’Iran comptait 13 à 14 millions d’habitants de bidonvilles.

« Un habitant qui vit dans un bidonville » ne se soucie plus de rester en vie. L’époque passée est révolue. Une partie de la population a faim », a-t-il averti.

Si les affamés se lèvent, il ne restera plus rien

Samedi, un ancien membre du Parlement iranien, Mohammad Ali Vakili, a averti que les Iraniens affamés descendraient dans la rue « sans rien laisser derrière eux. »

« Les stratégies actuelles sont dans une impasse et nous devons sérieusement reconsidérer nos stratégies. L’inégalité financière et le fossé important entre les riches et les pauvres en Iran ont atteint des proportions alarmantes… Quelle que soit la cause des problèmes, la situation actuelle ne peut pas continuer… Si le mouvement des affamés se poursuit, il ne restera rien », a-t-il écrit dans le quotidien Ebtekar.

Selon Vakili, si les Iraniens appauvris se soulèvent, « ceux qui ont fait le plus de profits jusqu’à présent, subiront le plus de pertes. »

Prévoir l’avenir n’est pas difficile

S’adressant à Etemad Daily, un autre sociologue a également déclaré que la corruption systématique du régime, qui a conduit à une pauvreté généralisée, entraînerait des protestations.

« A une époque où les crises ont imprégné les structures existantes, où la corruption a progressé jusqu’au Mont Damavand, où la pauvreté et l’inégalité ont doublé la misère du peuple, où la dévaluation de la monnaie nationale a rendu les pauvres plus pauvres et les riches plus riches, et où la puanteur dégoûtante de la discrimination a infusé la haine dans la communauté, prédire l’avenir n’est pas très difficile », a déclaré Saied Madani.

Le sociologue a déclaré qu’en Iran, le mécontentement de la population à l’égard du gouvernement s’est rapidement transformé en protestations. Mardani a déclaré que les manifestants potentiels se sont connectés par le biais des médias sociaux, s’encourageant mutuellement à descendre dans la rue.

2019 : Des manifestations dans tout le pays

Les médias officiels iraniens ont prédit une nouvelle vague de protestations, comme celle qui a éclaté dans tout l’Iran en novembre 2019 après que le régime ait triplé le prix de l’essence du jour au lendemain.

Les manifestants ont brûlé des pneus et ont scandé des slogans contre le tout-puissant Guide suprême du régime.

« Mort à Khamenei », « Mort au dictateur », « Les mollahs doivent foutre le camp », scandaient les manifestants. Les protestations se sont étendues à 160 villes alors que les manifestants mettaient le feu à des banques, des stations d’essence, des postes de police, des bureaux de gouverneur, des postes de police, des voitures et des motos des forces de sécurité, des bases appartenant au Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) et à sa branche paramilitaire le Bassidj, des chaînes de magasins appartenant aux pasdarans, des séminaires, des bureaux des chefs de prières du vendredi, des distributeurs automatiques de billets et des boîtes de charité bordant les rues du pays.

Le régime a réagi par une répression brutale et a tué par balles au moins 1 500 manifestants au cours d’un black-out d’Internet.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées